Guinée Bissau: Le lieu de jugement d’un meurtrier sénégalais oppose Gambiens et Sénégalais

Guinée Bissau: Le jugement d'un meurtrier

Il s’appelle Tapha Ndiaye. Et, il est le prisonnier sénégalais le plus convoité de la prison centrale de Bandim, en Guinée Bissau. Arrêté par les forces guinéennes, ce Sénégalais est réclamé par la justice gambienne -qui compte le juger sur son territoire- alors que le Sénégal revendique son droit à faire passer son citoyen devant les juridictions sénégalaises. Enquête sur l’imbroglio judiciaire créé par un détenu ordinaire, sujet d’une bataille judiciaire extraordinaire.

Tous deux exerçant la profession de commerçants ambulants, Moussa Ka et Tapha Ndiaye sont deux citoyens sénégalais qui se sont connus à Birikama en Gambie. Pour des raisons jusque-là inconnues par l’enquête de Kewoulo, une altercation les a opposés dans la journée du 11 avril 2017. Au cours de la bagarre qui s’en est suivie, Moussa Ka a perdu la vie suite à des blessures occasionnées par son protagoniste. Soupçonné du meurtre de Moussa Ka, Tapha Ndiaye avait décidé de fuir le pays d’Adama Barrow pour échapper à la lourdeur des sanctions appliquées par la Gambie, en la matière.

Face à cette situation dramatique que vit la famille Ka, Ibrahima Ka, un natif de Diourbel résidant en Casamance, a décidé en avril 2017 de porter plainte auprès du parquet de Ziguinchor. Mais, les recherches entreprises par la police locale n’ont rien donné jusqu’à ce qu’un renseignement parvienne aux oreilles de plaignant. « J’ai appris que Tapha Ndiaye vit actuellement à Bula, en Guinée Bissau. Et d’après mes renseignements, il voyage de Louma en Louma -marchés hebdomadaires. A déclaré Ibrahima Ka aux services de l’ambassade du Sénégal à Bissau.

Saisi de cette information, le général Bakary Seck, ambassadeur du Sénégal à Bissau a fait appel à la police judiciaire guinéenne. Aux frais et avec la coopération des agents sénégalais sur place, l’homme a été repéré à Mansoa, dans un marché hebdomadaire, où il a été arrêté en juin dernier. Acheminé à Bissau, Tapha Ndiaye a été, aussitôt, incarcéré dans la prison de Bandim (lire Bandé) à Bissau; le temps de connaitre à quel pays le livrer. Aussitôt informé de l’arrestation de ce présumé meurtrier qui était recherché par la justice gambienne, l’ambassadeur de la Gambie a saisi le ministre bissau-guinéen de l’intérieur pour que « le colis » lui soit restitué. En plus de sa demande, des policiers gambiens ont été dépêchés, sur place, pour réceptionner « le colis ».

Au même moment, puisque Tapha Ndiaye comme Moussa Ka sont tous deux citoyens sénégalais, l’ambassadeur Bakary Seck a exigé que ce soit lui qui soit le destinataire du « colis. » Face à ces deux candidats déterminés à réceptionner le présumé meurtrier, Boché Kandé, le ministre de l’intérieur de la Guinée, a convoqué, le 11 juillet dernier, les deux ambassadeurs pour tenter, avec l’aide d’Interpol, de voir à qui confier Tapha Ndiaye. Si, juridiquement, le lieu de commission du crime doit primer sur le choix de la juridiction de jugement du présumé criminel, le fait que la peine de mort comme l’application de la perpétuité soient toujours en vigueur en Gambie a anéanti les chances de Banjul.

En Guinée-Bissau où le présumé criminel a été arrêté, la peine de mort est abolie. Et la Guinée ne peut se permettre d’envoyer un prisonnier dans un pays où il risque d’être exécuté ou condamné à de la prison à vie. Face à cet argument de taille, l’ambassadeur gambien a déclaré que « bien que (son) pays ait toujours gardé cette disposition légale dans son arsenal judiciaire, le nouveau régime d’Adama Barrow a décidé de ne jamais appliquer la peine de mort. » Il reste toujours que la perpétuité, applicable en Gambie, est une grave violation des droits de l’homme pour les législateurs Bissau-guinéens. C’est sur ce point que le Sénégal risque, lui aussi, de bousiller ses chances d’obtenir la tête de Tapha Ndiaye.

Connu pour appliquer des peines réelles de perpétuité, le Sénégal n’offre, lui aussi, pas plus de garanties que la Gambie. Même si la victime -Moussa Ka- comme le présumé meurtrier -Tapha Ndiaye- sont tous deux des citoyens Sénégalais, le fait que des hommes soient condamnables à de la prison à vie, au Sénégal, réduit les chances de Dakar d’obtenir l’encombrant « colis. »

Face à l’insistance de la partie gambien d’hériter du « dossier Tapha Ndiaye » et le refus du Sénégal de voir son citoyen risquer le peloton d’exécution en Gambie, le ministre Boche Kandé a décidé de couper la poire en deux, en demandant à ce que la Gambie -lieu de commission du crime- lui donne des garanties écrites que le présumé meurtrier ne serait pas condamné ni à de la peine de mort ni à de la perpétuité.

Et depuis lors, Tapha Ndiaye attend anxieusement dans la prison de Bandim. Pendant ce temps, la Gambie continue de faire la sourde oreille et le Sénégal lorgne toujours le colis. Et cette situation a continué jusqu’à ce que la crise politique, née de la dissolution du gouvernement, en janvier dernier, fasse sauter le ministre de l’Interieur qui était déterminé à se débarrasser de ce hôte indésirable. Désormais, l’avenir de Tapha Ndiaye dépend du devenir de la Guinée-Bissau. Et des humeurs du futur ministre de l’intérieur que la Guinée va nommer.

PARTAGER
Article précédentBarthélémy Dias : » Je confirme les propos et si je suis condamné…. »
Article suivantUrgent: Les temps forts du procès Barthélémy Dias
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire