Gambie : Wally Seck attendu au “Indépendance Stadium” à Banjul

Alors que le Sénégal croule sous le poids d’inflation inquiétante des cas de COVID19 avec son cortège macabre, l’artiste et chanteur Wally Seck va se produire en Gambie. Il a fait l’annonce sur son compte Instagram le 21 janvier. Le jeune chanteur sénégalais Wally Seck prévoit d’aller en Gambie pour y donner un concert au “Indépendance Stadium” à Banjul, du 18 au 21 février prochain. Avec la deuxième vague de la Covid-19, le séquençage génomique a révélé que les variants Sud-africain et britannique du coronavirus sont signalés dans une vingtaine de pays dont la Gambie.

Au Sénégal, toutes activités notamment les concerts, les regroupements, ainsi que les événements sociaux sont interdites. Ces mesures d’interdiction sont prises par l’Etat en riposte à la pandémie à Coronavirus qui est en train de faire des ravages avec la deuxième vague. 

L’animateur Abba «no stress» a relayé sur son compte Instagram le concert «spécial Gambie» prévu par le chef de fil des Faramareen Wally Ballago Seck du 18 au 21 février 2021 à Banjul. Dans le cadre cette activité, ils proposent un package avec un bus climatisé (aller-retour), hébergement en pension complète. Les frais s’élèvent à 160.000 en individuel et 280.000 pour les couples.  
 
Sur l’affiche, aucune mesure contre la Covid-19 n’est visible. C’est au mépris des règles élémentaires de lutte contre la pandémie. Ce programme se tient au moment où la situation épidémiologique en Gambie est aussi inquiétant qu’au Sénégal. Deux cas du variant britannique considérés comme plus féroce et plus contagieux sont détectés en Gambie.  

Wally B. Seck, son groupe et tous ceux qui vont participer à ce concert vont non seulement exposer davantage les populations des deux pays mais aussi accroitre la propagation du virus. Des milliers de personnes vont se retrouver au «Independance stadium» et il sera impossible de faire respecter les mesures barrières. Et l’Etat Gambien semble ne pas se soucier du danger. Les meeting politiques, des rassemblements et autres activités qui réunissent des foules continuent de s’y tenir malgré les prescriptions et les alertes du personnel médical notamment les médecins.  
 
Ce concert va assurément être un véritable foyer de transmission et de contamination parce qu’il va favoriser la circulation du virus entre les deux pays. Depuis décembre, le taux de mortalité de l’épidémie sur le continent africain dépasse désormais celui de la moyenne mondiale. Au Sénégal , le taux de létalité avoisine les 5%. C’est une dizaine de décès qui est dénombré depuis quelques jours.  
 
L’OMS a invité les pays africains à ne pas relâcher la vigilance. « Il nous faut continuer à appliquer les mesures de santé publique qui ont fait leurs preuves et qui ont permis d’arrêter la propagation du virus lors de la première vague, à savoir la distanciation physique, le lavage fréquent des mains et le port de masques dans les lieux publics », a fait valoir la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. 

Laisser un commentaire