Gambie: Le jour le plus long du règne du Baabili Mansa

Gambie

C’est, cet après midi que la Cour Suprême de Gambie -constituée de Nigérians, de Ghanaens et d’un Sierra Léonais- va rendre son verdict dans le recours déposé par le président sortant, Yahya Jammeh, réclamant l’invalidation des résultats de l’élection du 1 décembre qui avaient vu la victoire de Adama Barrow sur lui.

Après avoir reconnu sa défaite le 2 décembre 2016, le fantasque Baabily Mansa était, une semaine plus tard, revenu sur ses engagements se déclarant président élu et demandant l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle que la commission électorale indépendante, accusée de parti pris, ne supervisera pas.

De son coté, droit dans ses bottes, le président élu, Adama Barrow, amené par une coalition de nombreux partis politiques avait tenu bon, attendant avec impatience le 18 janvier, date de fin de mandat de Yahya Jammeh, pour s’installer au State House, le siège de la présidence. « Et cela quoi qu’il arrive. » a martelé Adama Barrow.

Face à ces deux ambitieux qui veulent gouverner la Gambie se trouve le petit peuple, démuni et désireux de paix. Une paix que semble compromettre le volte-face de Yahya Jammeh, le maitre absolu de l’armée gambienne.

Assis sur une poudrière, les Gambiens à l’instar de la communauté internationale seront, ce soir, scotchés aux nouvelles, espérant que les juges désignés par Yahya Jammeh pourraient les sauver, en déclarant Yahya Jammeh perdant; c’est la seule issue pour éviter à la Gambie des confrontations militaires.

Laisser un commentaire