France: La police judiciaire aux trousses d’un « marché » africain après la mort d’un enfant et l’intoxication de plusieurs personnes

France: La police judiciaire aux trousses

2
6259

Samedi 26 Novembre. Nous sommes dans le 15 eme arrondissement parisien. Cloitrée dans son appartement, situé dans un bel immeuble HLM, la famille D. est plongée dans le recueillement. Brutalement sevré de l’affection de l’un des siens, un gamin de 7 ans, mort le samedi 19 novembre dernier, la famille D. pleure la disparition du petit A. Il est mort, intoxiqué, par un produit qui pourrait être du phosphore d’aluminium; tandis que 4 de ses frères et soeurs sont plongés dans un profond coma.

Une semaine auparavant. Partie dans l’une de ces cérémonies festives qui font courir toutes les mamans africaines, friandes de se retrouver entre elles, à faire revivre les habitudes et pratiques du pays, en plein Paris, une mère de famille, d’origine guinéenne, a acheté des produits chimiques pour se débarrasser des cafards qui pullulent dans son immeuble.

Revenue chez elle, elle a juste pris le temps de déposer le produit dans l’appartement, se changer et prendre le prochain métro pour se rendre à la gare et chopper le premier train en direction de Grenoble.

Griotte, la cantatrice ne comptait pour rien au monde rater une autre cérémonie qui se tenait à une heure de Paris. « Pourtant, soutient une source médicale, elle avait senti un petit malaise. Mais, elle avait tout mis sur le compte d’une légère fatigue. » Partie de son domicile de la rue André Gide, elle a laissé, derrière elle, cinq enfants dont des jumeaux.

Soudain, se sentant incommodée et surprise par le vomissement de l’un de ses frères, l’ainée des enfants appelle son père. Elle lui explique que les jumeaux ont le corps chaud et vomissent depuis. Comme il était loin, et que son épouse est déjà en route pour la province, l’homme conseille à sa fille d’appeler les pompiers de Paris.

Contactés à 16H 49 minutes, le standardiste des secours demandent à la fille de lui décrire les symptômes. « Sans aucune autre forme, les pompiers ont déclaré qu’il s’agissait de signes de gastroentérite et ont conseillé à la fille de boire beaucoup d’eau et d’aller voir leur médecin traitant. » Soutient une source proche de la famille.

Après avoir raccroché avec les pompiers, la fille informe, aussitôt, son père qui était en cours de route. Arrivé à la maison, le père de famille arrête le premier taxi à sa disposition et file droit avec ses jumeaux à l’hôpital Necker des enfants malades; à 10 minutes du domicile familial.

Là bas, malgré la rapide prise en charge, les deux enfants sont plongés dans un profond coma. Aussitôt, une équipe de la Croix Rouge, informée de la situation, se rend au domicile familial ou les 3 autres enfants sont retrouvés inanimés.

Entretemps, à l’hôpital Necker, l’un des jumeaux est déclaré mort. Il avait 7 ans. De l’autre côté de la France, où s’est rendue la maman, la même scène dramatique s’est jouée: une autre maman et deux de ses enfants, présentant les mêmes symptômes que les gamins de Paris, sont hospitalisés d’office.

Pendant ce temps, après avoir remis les 3 autres enfants de la rue André Gide aux services sanitaires de Paris, les 5 secouristes de la Croix Rouge sentent, à leur tours, les mêmes symptômes.

Pris en charge, ils sont hospitalisés pendant plusieurs heures. Les premières analyses faites font état d’une intoxication au phosphate d’aluminium; un produit chimique très dangereux interdit de vente, en France, aux non professionnels.

Face à ce danger auquel est exposé le public, la police judiciaire parisienne est avertie. Une enquête pour empoisonnement est, aussitôt, ouverte. Et la brigade de la protection des mineurs est désignée par le parquet pour enquêter.

Descendue de train, au retour de son voyage, la mère éplorée est cueillie par les limiers et entendue longuement.

« Sans trahir, elle a déclaré qu’elle a acheté le produit sur un marché. Mais, la vérité est qu’elle l’a, certainement, acheté avec ces mamans qui ramènent des affaires comme de l’encens et d’autres produits exotiques d’Afrique pour, ensuite, les vendre dans des cérémonies« . A confié à kewoulo.info une source au fait de cette affaire.

« Les médecins nous ont dits que ce produit est, parfois, utilisé en Afrique dans des champs pour tuer des ruminants. Des rats comme des phacochères. Donc, ce n’est pas un produit anodin. Il est inodore, indolore mais très toxique. Il peut être à la base de nombreuses morts attribuées en Guinée Conakry au virus Ebola. » A soutenu l’une de nos sources préférant garder l’anonymat.

Comme notre source, de nombreuses personnes interrogées par Kewoulo.info pensent que « le marché » où la mère prétend avoir acheté le produit ne pourrait être que celui des rencontres intra africaines de Paris.

En attendant de mettre la main sur « ce marché« , la police française a refusé de rendre le corps de l’enfant à sa famille; malgré le fait que l’autopsie ait déjà été pratiquée. « Parce que, pour la police, il faut qu’on donne le nom de cette personne qui a vendu le produit. Au delà de l’enfant qui est décédé, d’autres personnes, y compris la famille de la personne qui a vendu ce poison, pourraient être en danger réel de mort. Il faut que cette hypocrisie s’arrête, ce produit fait partie des poisons que les chinois déversent sur le continent. » A clamé notre source.

Babacar Touré

2 Commentaires

  1. Article pertinent. Fidèle à tous points de vue à la réalité. Par contre il a semé la zizanie dans notre famille ou la chasse aux sorcieres a commencé. On cherche maintenant à identifier qui a parlé aux journalistes et nous avons reçu plein de coups de fils chacun se sentant la mission de charger à savoir le traître de la famille. Au lieu de dénoncer la personne qui a vendu ce produit à la famille puisque toutes les mamans qui etaient à cette fête connaissent le nom de cette personne qui a vendu ce produit de merde. On craint des arrestation et des mises en examens pour homicide involontaire.

Laisser un commentaire