Foot : Les points chauds du 3e tour préliminaire de la Ligue des champions

Foot : Les points chauds du 3e tour

0

En plus de l’opposition entre Nice et l’Ajax Amsterdam, ce mercredi (20h45), le troisième tour préliminaire de la Ligue des champions réserve aussi d’autres belles affiches, dont voici la présentation.

Nice – Ajax Amsterdam

Curieux hasard parfois. Alors qu’une victoire de l’Ajax en finale de la Ligue Europa en mai dernier aurait libéré une place pour Nice en barrages de la Ligue des champions, sa défaite contre Manchester United (0-2) a finalement contraint le Gym à passer par un troisième tour préliminaire. Le sort a aussi voulu que son premier adversaire soit justement le club d’Amsterdam, le plus relevé sur le papier. Pour sa première participation à la C1, l’OGCN aura fort à faire contre une équipe rompue aux joutes européennes. Mais plusieurs raisons poussent à l’optimisme dans les rangs azuréens. 1) Nice a convaincu son entraîneur Lucien Favre, convoité par Dortmund, de rester. 2) Il a aussi prolongé son attaquant Mario Balotelli. 3) L’Ajax a perdu le sien Bertrand Traoré, parti à Lyon. 4) Tout comme son coach Peter Bosz, qui a rejoint… le Borussia.

AEK Athènes – CSKA Moscou

Si l’AEK se retrouve là, à pouvoir participer à sa première Ligue des champions depuis 2006, le club d’Athènes le doit à sa victoire lors des barrages européens instaurés en Grèce depuis plusieurs années. Seulement quatrième en Championnat au terme de la saison régulière, il s’est extirpé de ces play-offs aux dépens du Panathinaïkos notamment. Grâce à ses joueurs d’expérience, l’Ukrainien Dmytro Chygrynskiy et le Portugais Hugo Almeida, l’AEK affichera une opposition de taille à lutter avec le CSKA, grand habitué de la C1. Devancé par son voisin du Spartak en Championnat, le club moscovite voudra faire mieux que l’an passé sur la scène européenne, lorsqu’il avait terminé dernier de son groupe. Il comptera notamment sur ses internationaux Alan Dzagoev ou Alexandre Golovin pour y parvenir.

FC Bruges – Istanbul Basaksehir

Pour l’un, ce sera presque la routine. Pour l’autre en revanche, une grande première. L’opposition entre le FC Bruges et Istanbul Basaksehir ne manquera pas d’intérêts tant que les deux clubs possèdent un parcours différent. Dauphin d’Anderlecht en Jupiler League, le club belge aura une revanche à prendre après son zéro pointé en phase de poules la saison passée. Pour cela, il s’appuyera à nouveau sur son gardien français Ludovic Butelle, mais aussi sur son nouvel attaquant tricolore, Jérémy Perbet. En face, la révélation de la dernière saison en Turquie essayera de poursuivre sa progression au plus haut niveau. Avec Emmanuel Adebayor comme guide et Gaël Clichy comme recrue majeure, le club stambouliote aura des atouts de poids pour ses satisfaire ses ambitions.

Dynamo Kiev – Young Boys Berne

Vice-champion d’Ukraine derrière le Chakthior Donetsk, le Dynamo Kiev est un habitué de la compétition mais pas forcément de ses qualifications. Éliminé dès la phase de poules la saison passée, le club ukrainien débute un nouveau cycle sous la direction du Biélorusse Aliaksandr Khatskevich. Sans Younes Belhanda, vendu à Galatasaray, mais avec Dieumerci Mbokani, de retour après son exil anglais, il aura comme premier adversaire une équipe elle aussi souvente présente à ce stade. L’an passé en effet, les coriaces Young Boys de Berne avaient éliminé le Chakthior justement à ce stade. Le club suisse, où flambe toujours Guillaume Hoarau, sera donc à prendre très au sérieux.

Partizan Belgrade – Olympiakos

Sacré pour la huitième fois de son histoire en Serbie, le Partizan a dû passer par un deuxième tour préliminaire pour gagner le droit d’affronter l’Olympiakos. Victorieux du Buducnost Podgorica (2-0, 0-0), le club de Belgrade espère faire mieux que l’an passé, lorsqu’il avait échoué face au BATE Borisov en barrages. Il comptera notamment sur le soutien de ses supporters, réputés très chauds, mais la tâche ne sera pas facile. Car pour l’Olympiakos et son public aussi déchaîné, cette étape est souvent une formalité. Le champion de Grèce reste par exemple sur cinq participations consécutives à la phase de poules de la C1.

Celtic Glasgow – Rosenborg

L’affiche aurait pu prétendre à se jouer plus tard dans la compétition. Mais les champions d’Ecosse et de Norvège, aussi expérimentés soient-ils, doivent d’abord passer par ce stade pour voir plus loin. Éliminé il y a deux ans en barrages par Malmö, le club écossais tentera cette fois d’éviter le piège tendu par un autre adversaire scandinave. D’autant que celui-ci abordera la double opposition dans de meilleures conditions, son championnat ayant débuté il y a déjà plusieurs mois.

 

Laisser un commentaire