Mouhamed Boun Abdallah Dione: la rapide métamorphose d’un technocrate taiseux

Mouhamed Boun Abdallah Dione: la rapide

2

Considéré, jusque-là, comme le plus coincé des membres du gouvernement de Macky Sall, le premier ministre, Boun Abd’Allah Dione, a surpris son monde en s’offrant des moments d’allegresse que les plus assidus de ses visiteurs ne lui ont jamais connu.

Et le premier ministre qui était toujours resté maître de ses émotions nous a fait découvrir une autre facette de sa personnalité: un communiquant bien dans sa peau. Et en phase avec son temps.

Séduit par l’accueil que lui ont réservé les attachantes populations du sud et emporté, certainement, par cette mythique chanson que les frères Tourécounda avaient dédiée à la Casamance et à sa capitale, Ziguinchor, l’époux de Kathy Sarré n’a pu s’empêcher, du haut de son véhicule, de se laisser emporter par quelques pas de danse. De jubiler par, anticipation, sur la victoire future de sa coalition.

Et laisser entendre que «la Casamance, qui a retrouvé la paix, grâce à Macky Sall, est toute acquise à la coalition Benno.» Et, depuis lors, le très effacé Premier-ministre est subitement devenu accessible, charmeur et charmant voire aimable. Proche des populations et éloigné de sa garde rapprochée.

En quelques jours de campagne, on a découvert un homme qui multiplie les bains de foules, prend le temps d’écouter les doléances et inquiétudes de ses administrés et serre des mains comme une Rock Star.

Le temps d’une campagne électorale et nous voilà, façonné, un nouvel homme politique. Un Prométhée de la nouvelle génération de décideurs que nous voulons, un leader 2.0, déconneur, rieur et décomplexé, très éloigné du portrait «de très rigoureux» que l’ancien chef du bureau économique de l’ambassade du Sénégal à Paris a laissé, de lui, dans la capitale française.

En quelques jours de campagne, nous voilà en face d’un nouvel homme qui, respecté et épargné pendant longtemps par ses adversaires qui voyaient en lui un commis de l’Etat, a commencé à faire face aux flèches assassines des fedayins de l’opposition.

Jadis serein, généreux avec les petits créateurs d’entreprises -surtout en France où il a beaucoup aidé les entrepreneurs Sénégalais-, capable de bons mots et orfèvre de la pique -comme lorsqu’il a annoncé l’arrivée prochaine de Oumar Sarr du Pds dans le camp présidentiel-, Mouhamed Abd’Allah Dione a démontré, au cours de ces trois semaines, qu’il n’a pas son pareil pour exaspérer les partisans de Khalifa Sall comme pour énerver les caudataires moutonniers d’Abdoulaye Wade.

«Le syndrome Macky Sall» y est, certainement, pour quelque chose. L’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade, connu pour son Niangal, a su séduire plus d’un électeur lorsqu’il a commencé à danser, à chanter, à vanter les pratiques culturelles de son pays sérère. Et à présenter Marième Faye Sall, son épouse, comme une femme ordinaire, une femme du peuple; même si ses fonctions sont peu banales.

A l’image de leur patron et de la Première Dame -que j’ai observé avec admiration, assise parmi les siens, des heures durant dans le hall de l’hôtel Bristol de Paris, entourée de Sénégalais venus lui présenter leurs doléances-, les membres du gouvernement gagneraient à oublier un peu leurs lourdes fonctions qui font d’eux des kilifeu. Des trop sérieux. Des inaccessibles.

Et venir se défouler, un peu, avec le petit peuple qui, par le chant et la danse, noie ses peines et manifeste ses joies. Ça les rendrait plus humains et nous rappellerait qu’ils sont, en quelque sorte, comme nous. Des femmes et des hommes d’un monde où le bonheur est communicatif.

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo.info

2 Commentaires

  1. Bah oui on est en Casamance; fief du bonheur de la paix du laisse toi aller en un mot du naturel. fier de ma Casamance d’être une campagnarde rien à envier à tous ces faut types de la capital. voila ce qui explique le défoulement de Mr Dione et c’est venu en lui naturellement car eux au moins sont honnêtes et humbles surtout

  2. J’espere que son amour qu’il a chanté pour la Casamance n’est pas comme celui de l’autre qui avait décléré devant le monde entier que sa mère est de Woudoucar et revendiqué son appartenance à la Casamance et qui n’a pourtant rien fait pour fait pour sud. Abdoulaye Wade comme Abdoulaye Wade et Senghor avant eux avaient bénéficié de gros soutiens des Casamançais et n’ont rien fait en retour, sinon que nous imposer une guerre qui dure depuis 30 ans.

Laisser un commentaire