Fonds Diaspora: Une petite analyse de la situation par Cheikh Abasse Barro

Je m’adresse aux autorités chargées des sénégalais de l’extérieur: ces fonds destinés à la diaspora ne serviront pas à grand-chose quand on sait que le montant que percevront les potentiels bénéficiaires ne va pas être conséquent. De plus, logique pour logique, vous serez tentés de réitérer cette action quand un autre problème de santé publique arrêtera, à nouveau, l’activité économique mondiale (même si nous ne le souhaitons pas).

Une lourde charge financière pour les finances de l’Etat, disproportionnée, au regard du résultat escompté. Ce qui risque d’arriver, c’est « un partage du gâteau » entre certains représentants politiques sans foi ni loi, pour lesquels l’amélioration des conditions de vie des sénégalais est le cadet de leurs soucis. Une source d’enrichissement illicite. Un cas de figure que nous connaissons bien, pour en avoir été témoins dans d’autres circonstances .
Le seul fait de faire jouer la solidarité sénégalaise peut permettre de résoudre les problèmes des sénégalais qui se trouveraient dans des situations difficiles.

Pour preuve, des actes de solidarité sont en train d’être posés un peu partout dans le monde, par des sénégalais qui soutiennent leurs compatriotes en difficulté : hébergement, récoltes de fonds pour l’achat de nourriture, distributions de denrées de première nécessité, création de plateformes d’échanges de services, entre autres ; Je peux vous citer par exemple l’application SOS Dalal Jamm qui a été créé par la diaspora Parisienne pour un service d’urgence et d’entraide gratuit que ( *https://dalaljamm.defarsci.com/ *)

N’oublions pas que parallèlement aux systèmes d’entraide susmentionnés, en occident et dans beaucoup de pays touchés par le Covid 19, les banques et les propriétaires de logements loués, participent également à l’effort de guerre, en allégeant/suspendant les paiements de certaines charges financières (prêts hypothécaires, loyers, etc…), sur une base volontaire ou suite à des négociations avec les Etats.

*Résultat : * la probabilité de voir quelqu’un être expulsé de son logement par son propriétaire pour défaut de paiement de loyers en cette période de pandémie est presque nulle. D’autant plus que les Tribunaux veillent au respect de ces mesures de protection. Vu que les charges qui peuvent grever considérablement des revenus (loyers, prêts hypothécaires…), sont neutralisées ou suspendues par les Etats ; que des distributions de denrées de première nécessité sont constatées un peu partout dans le monde grâce à la solidarité des sénégalais, on peut légitimement se poser la question suivante : A quoi vont servir les fonds dégagés par l’Etat du Sénégal pour soutenir la diaspora ?

Tenant compte du fait que, si la répartition des dits fonds se fait équitablement, aucun sénégalais éligible ne pourra disposer d’une somme conséquente lui permettant de faire face aux difficultés du moment.
Il suffira d’analyser les chiffres correspondant au nombre de sénégalais éligibles pour constater cela. Nous considérons qu’au lieu de verser ce verre d’eau dans la mer, nous devrions plutôt l’utiliser pour satisfaire les besoins sanitaires du Sénégal. Et dans bien d’autres domaines prioritaires aussi.
Rappelons que les problèmes les plus urgents, causés par le Covid 19, sont en train d’être réglés par les sénégalais eux-mêmes (à travers l’entre-aide, les associations dans nos villes et les gouvernements de leurs pays d’accueil respectifs.

Dès lors, afin d’éviter un double emploi, nous estimons que l’Etat du Sénégal devait s’abstenir à ce niveau et orienter son soutien vers d’autres secteurs prioritaires dans notre cher pays. Par conséquent, même si nous saluons cette initiative qui émane du Chef de l’Etat, SE M. Macky SALL, nous estimons qu’objectivement, la diaspora sénégalaise, dans sa grande majorité, n’a pas besoin de ces fonds, et que ceux-ci pourraient servir à régler des problèmes beaucoup plus prioritaires au Sénégal, dans la mesure où notre cher pays manque de beaucoup de choses, particulièrement en matière d’infrastructures sanitaires : construction d’hôpitaux, plateaux techniques en phase avec les recommandations de l’OMS, approvisionnement en matériels, cherté des soins de santé, entre autres.

Aider, c’est bien. Mais, aider ceux qui ont vraiment besoin d’aide, c’est encore mieux !

Cheikh Abasse Barro
Sénégalais de France

Laisser un commentaire