Faux et usage de faux: deux promoteurs de voyage risque 6 mois de prison ferme

​Les nommés Modou Sall et Baba Ka ont comparu, hier, devant la barre du tribunal de grande instance de Dakar pour faux et usage de faux et falsification de documents administratifs. Si le tribunal suit le réquisitoire du parquet, les deux malfrats risquent six mois de prison ferme.

Attraits à la barre, mardi, pour faux et usage de faux et falsification de documents administratifs, Modou Sall et son ami risquent gros si le juge suit la demande du parquet. Modou Sall se faisait passer pour un homme d’affaires qui avait une société spécialisée dans les affaires de voyages. La partie civile, Ndèye Sokhna Ndiaye, qui voulait voyager en Europe, avait fait la connaissance du sieur Ka sur Facebook. Après explication, il finit par convaincre la dame sur sa capacité de la faire voyager. C’est ainsi que la candidate à l’émigration lui a versé la somme réclamée. Et ce n’est qu’à l’aéroport qu’elle a compris qu’elle a été bernée. « J’ai été très surprise quand on m’a interpellée pour me dire que les papiers sont faux. J’ai automatiquement appelé Sall qui m’a dit qu’il devait y avoir un problème et qu’on se fixe un rendez-vous le lendemain. Un rendez-vous qu’il n’a pas respecté », a raconté à la barre la plaignante.

Déprimée par cette affaire, la victime confie : « c’est dur de vouloir voyager, remplir toutes les conditions et qu’au dernier moment, on te dise qu’il y a un problème sur tes papiers ». Devant la barre, le prévenu a nié catégoriquement les faits qui lui sont reprochés en soutenant qu’il est un homme d’affaires qui a eu à faire voyager beaucoup de personnes. « Je suis vraiment désolé qu’on en arrive là, parce que je suis un homme d’affaires et ce n’est pas la première fois que je fais voyager des gens. Je n’ai jamais eu de problèmes avec la justice et ça m’a très surpris que cette affaire se termine ici », a argué le sieur Sall.

Pour l’avocat de la partie civile, les prévenus ont causé beaucoup de torts à sa cliente car cette dernière a non seulement perdu son argent, mais encore elle avait dit au revoir à tous ses proches avant de se retrouver clouée au Sénégal. Ce qui, selon l’avocat, constitue un préjudice financier et moral que les auteurs de cet acte doivent payer. Aussi, la robe noire demande au juge d’appliquer la loi dans toute sa rigueur aux prévenus et de les condamner à payer des dommages et intérêts de 5 millions à sa cliente.

Quant à l’avocat de la défense, il a sollicité la clémence du tribunal. Auparavant, le substitut du procureur avait requis une peine d’emprisonnement ferme de 6 mois à l’encontre des prévenus. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour le 8 septembre.

Le Témoin

Laisser un commentaire