« Faudra-t-il réélire Macky Sall malgré l’Apr? », (par Pathé Mbodje)

"Faudra-t-il réélire Macky Sall

Texte alternatif de la bannière
Présidentielle 2019 : Apr-Macky Sall
La faiblesse de l’Alliance pour la République explique l’ambiguïté des relations entre Macky Sall et son parti. À l’heure du dernier tango à Paris, les adieux seront déchirants : l’un s’en va, les autres pensent à l’après-Macky Sall et se mettent plus en valeur qu’ils ne cherchent à consolider la base du président sortant. La méfiance réciproque entre le candidat de la majorité et sa propre formation politique est ainsi un élément dirimant que l’Apr peut brandir contre le président sortant. Il serait ainsi élu malgré l’Apr en cas de victoire.

Le Dernier Tango À Paris

Faudra-T-Il Réélire
Macky Sall Malgré l’Apr  ?
L’absence de structuration de l’Alliance pour la République (Apr) du président Macky Sall pourrait finalement sauver le candidat sortant en course pour sa réélection  : « C’est en effet l’Apr dans la diversité de ses tendances qui va élire Macky Sall« , soutient par exemple Cheikh Omar Anne,  responsable à Podor ; les tendances et sensibilités des différents groupes locaux pourraient ainsi rivaliser d’ardeur pour démontrer leur force et leur légitimité en engrangeant le maximum de points dans leurs fiefs respectifs, réduisant ainsi les chances de l’opposition. Il faut en effet voir la timidité de certains maires hors majorité présidentielle pour comprendre leurs homologues du vaste gouvernement dont personne ne se souvient jamais.
Mais, même ainsi formulée et quelque belle que soit la vision, la segmentation de l’électorat n’a pas donné à date les résultats escomptés, notamment entre 2014 et 2017. Bien au contraire, le président qui était parti de cette dissémination de ses potentielles sensibilités Apr élues sur d’autres liste pour avancer un potentiel de 85% d’élus a dû revoir ses estimations à la baisse : battu régulièrement de juillet 2012 aux Locales de 2014, il n’a pu souffler qu’avec le référendum de mai 2016, un peu moins avec les Locales de 2014 avec une frange maritime quasiment perdue et mieux le 30 juillet 2017 avec une majorité acquise au forceps.
Se réjouissant du bout des lèvres devant le Secrétariat exécutif national (Sen) le 8 août 2017, le président de l’Apr ne fut pas aussi enflammé que cela aurait dû : la différence d’appréciations  fut nette entre le président d’une formation politique désormais majoritaire au sein ses alliés et ses coalisés politiques de plus en plus faire- valoir de l’Apr ; désormais, avec 98 députés sur 125 (contre 65 dans la législature sortante), l’Alliance pour la République du président Macky Sall se refait une santé. L’absence de majorité intrinsèque due à une armée mexicaine avait poussé certains, nombreux, à transhumer vers d’autres entités pour s’offrir des chances ; une sommation des différents élus proches de l’Apr avait fait dire que la formation de Macky Sall était majoritaire, ce que semble confirmer l’élection du 30 juillet 2018 quand l’Apr prend le dessus sur tous les partis présents à l’Hémicycle. Cette migration voulue et entretenue pour le futur fut la principale faiblesse d’une formation où chacun se sent à l’étroit et préfère assurer ses arrières ailleurs.
Ainsi,  chœur des lamantins à lui tout seulle président de la République a passé son mandat à sermonner son parti : il ne serait pas un pilier sûr car il l’aurait envoyé au second tour si les consultations à date concernaient la présidentielle. Aussi a-t-il cherché ailleurs (lui aussi) des alliés plus solides mais versatiles et qui auraient la force de la Loi : en plus de la coalition qui se foule pas le pouce pour supporter le chef de la majorité,  la révision constitutionnelle lui a paru le raccourci le plus adéquat ; avec l’introduction de dispositions superfétatoires visant la liquidation des éventuels écueils. Ou les clones qu’ils peuvent subventionner aux fins de candidatures plurielles pour paupériser les scores des prétendants et empêcher conséquemment toute victoire au premier tour ; malheureusement, un excès de la Loi a trop filtré, au point de laisser émerger deux figures de taille, soit Idrissa Seck et Ousmane Sonko, véritable poils à gratter de la majorité.
 
Le candidat à la présidentielle du 24 février 2019 qu’est Macky Sall a compris : la démocratie sénégalaise a plus d’un tour dans son sac et c’est ce tour qu’elle joue souvent au candidat sortant pour le sortir : 2000 avec Abdou Diouf, 2012 avec et, selon toute vraisemblance, 2019 avec l’actuel locataire du palais de la République.
Il faut en effet comprendre que Macky Sall affronte tout le monde, surtout la branche sur laquelle il est assis ; la dispersion de l’Apr n’est pas une arme de combat fiable.Au demeurant, la formation en tant que telle n’a jamais participé à la victoire de Macky Sall, ni à la présidentielle, ni aux consultations subséquentes. Pire, Macky Sall ne valait pas plus que Moustapha Niass en 2012 lorsqu’il a accédé au pouvoir : tous deux étaient crédités du même score (15%), l’apport de Macky 2012 ayant fait la différence avec ses 11%. La méfiance du candidat de la majorité envers sa propre formation politique est ainsi un élément dirimant que l’Apr peut brandir contre le président sortant. Il serait ainsi élu malgré l’Apr.

Ce dernier mandat, celui de la clarification, pourrait l’aider à sortir du guêpier politique dans lequel il s’est enfermé avec ses alliés et ses militants. Macky Sall confie volontiers à tout nouvel entrant de l’appuyer, même contre l’Apr qu’il ne demande jamais de rejoindre.

Laisser un commentaire