Exclusif: Voici le fameux Sidy Ahmet Mbaye, l’homme qui est à l’origine de l’affaire du “Sweet Beauté SPA”

Kéwoulo a longuement hésité avant de faire ce pas aux conséquences incalculables. Finalement, quel qu’en soit le prix à payer, la rédaction de Kéwoulo va l’assumer, stoïquement. Pour l’intérêt général et pour la stabilité de ce pays. Parce que si les charges de viols que les comploteurs voulaient voir appliquées à Ousmane Sonko ne tiennent plus, le leader de Pastef n’est pas à l’abri de poursuites judiciaires.

Si l’Etat n’a joué aucun rôle dans cette cabale montée de toutes pièces par des “bras cassés” de l’espionnage, l’exécutif est, actuellement, en train de travailler pour récupérer à son compte cette “affaire qui pue”. A en croire des sources judiciaires, “la justice travaille, désormais, à poursuivre Ousmane Sonko non pas pour viol, mais pour “appel à l’insurrection”, “troubles à l’ordre public” et “destruction de biens appartenant à autrui.”  Et c’est pour atteindre cet objectif que les députés vont se réunir en début de semaine prochaine pour lever l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko.

Pendant ce temps, en Casamance, les femmes des bois sacrés ont remis leurs tenues de deuil. Et, depuis bientôt une semaine, elles marchent dans toute la Casamance pour faire des incantations pour la paix au Sénégal. Mais, certainement, aussi pour maudire les comploteurs à l’origine de cette affaire “Sweet Beauté Spa“. Comme nous vous l’avions dit, dès le début de cette affaire, “ce projet “Sweet Beauté Spa” est un complot mal ficelé.” Et il va se retourner contre leurs géniteurs. Ainsi donc, de sources dignes de foi, Kewoulo a appris que “c’est Sidy Ahmet Mbaye qui a rencontré une fille du milieu interlope, une fille psychologiquement fragile. Et au cours de leurs discussions et pérégrinations, cette dernière lui a raconté qu’elle travaillait dans un salon de beauté que fréquente le fameux Ousmane Sonko.”

En possession de cette information, Sidy Ahmeth Mbaye a informé des proches et demandé de l’aide pour exécuter un plan machiavélique, pour détruire Ousmane Sonko. Tous ont refusé de participer à ce projet sauf une femme. C’est cette dernière qui aurait aidé Sidy Ahmet Mbaye avec, surtout, ce fameux laissez-passer qui lui a permis de circuler la nuit, en plein couvre-feu. “La veille de l’opération, un gars costaux était venu dans le salon et il discutait avec Adja Raby Sarr” avait laissé entendre Aïssata Maman Ba, l’autre masseuse lors de son audition par la Section de Recherches.

Aussi, maman Ba a déclaré aux gendarmes que si elle avait quitté la cabine, lors de la dernière séance de massage de Ousmane Sonko, c’est à la demande insistante de Adja Raby Sarr. “Elle m’a dit qu’elle me remettrait 100.000 F et que je devais, après qu’elle ait quitté le salon a bord d’un 4X4 noir,  éteindre mon téléphone et refuser de répondre à qui que ce soit.” A poursuivi l’autre masseuse qui, malgré le fait qu’elle n’avait qu’un salaire de 50.000 F, a refusé de marcher dans la combine.

Avant Aïssata Maman Ba, c’est Adja Raby Sarr, elle-même, qui est passée à table devant le rouleau compresseur des enquêteurs de la Section de Recherches. Aux hommes du commandant Abdou Mbengue, elle avait soutenu que, après avoir été violée, elle a fait appel à un ami –Sidy Ahmeth Mbaye-  qui est venu la chercher pour la conduire chez une avocate.

En possession de l’encombrant colis qu’est Adja Raby Sarr, ” – Cette femme- aurait, selon les propres aveux de la fille à l’origine des accusations, contacté un de ses amis médecins qui lui a établi un certificat médical.” C’est sur la base de ce certificat médical qu’Adji Raby Sarr s’est présentée, le mardi 2 février 2021, à la Section de Recherches.  Mais, alors qu’elle croyait que les gendarmes allaient gober tout son récit, Adja Raby Sarr s’est rendue compte que sa tâche ne sera pas de tout repos. Désormais, c’est elle qui sera dans le viseur des enquêteurs si Ousmane Sonko portait plainte pour dénonciation calomnieuse et diffamation.

Laisser un commentaire