Exclusif: Ce que l’on sait de la convocation de Cheikh Yérim Seck à la Brigade de Recherches

Exclusif: Ce que l'on sait

Le journaliste Cheikh Yérim Seck est, depuis quelques minutes, dans les locaux de la brigade de Recherches de la gendarmerie, à la rue Faidherbe à Dakar. Il est auditionné sous le régime de « témoin libre », donc pas encore mis en position de gardé à vue même si, au cours des auditions, les enquêteurs ne vont pas manquer “de lui lire ses droits.” Et de le mettre à la disposition des gendarmes pour “nécessité d’enquête.”

Si on en est arrivé là, des sources judiciaires, consultées par Kewoulo, ont fait savoir que “le journaliste fait l’objet d’une plainte pour diffamation déposée par le ministre de la justice. Et pourrait même être auditionné pour diffusion de fausses nouvelles, sans même la plainte de Me Malick Sall.” Ce dernier qui a été nommément cité, par Cheikh Yérim Seck, comme «impliqué jusqu’au bout dans le dossier des Farès» ferait tout pour empêcher l’éclatement de la vérité, en protégeant les libanais embourbés dans une scabreuse affaire d’évasion fiscale ayant des ramifications avec “une entreprise terroriste.” Sûr de ses informations, Cheikh Yérim Seck avait déclaré, sur le plateau de Maïmouna Ndour Faye, qu’au lieu des 2,8 milliards précédemment annoncés par le journaliste lui même -650 millions annoncés par Batiplus-, “ce sont 4 milliards que les enquêteurs de la Section de Recherches de Colobane avaient saisi lors des perquisitions du domicile des Farès.”

Aussi, alors que Maïmouna Ndour Faye lui a demandé s’il pouvait confirmer l’implication du ministre de la justice dans ce dossier, le patron de Yérim-Post a fait savoir que “Me Malick Sall est au cœur de tout ce dossier. Le minimum qu’on puisse l’accuser, c’est d’être celui qui manipule le juge d’instruction.» Pire, Cheikh Yérim Seck a fait savoir que «c’est le cabinet d’avocat de Me Malick Sall qui est commis pour défendre les Farès. Et le juge d’instruction -qui devait se montrer impartial et enquêter à charge et à décharge- se soumet automatiquement à toutes les demandes formulées par la défense des Farès, alors qu’il refuse toutes celles venant de la famille de Rachelle Sleylaty“, la comptable par qui est venu le scandale. Une affirmation qui a poussé Maïmouna Ndour Faye à conclure que «ce ministre-là est un ministre à problèmes

S’étant senti insulté dans son honneur et dans sa dignité, le ministre de la justice s’est fendu d’un communiqué tard dans la soirée d’hier pour informer l’opinion que «le cabinet d’avocat Malick Sall et Associés, -auquel Cheikh Yérim Seck et Maïmouna Ndour Faye ont fait référence-, avait été dissout depuis le 19 juin 2019.» Même en l’absence d’une plainte venant de la part du ministre de la justice, la confirmation de la non-existence de ce cabinet d’avocats que Cheikh Yérim Seck a dit être au cœur du dossier met, automatiquement, les journalistes dans la position de «diffuseur de fausses nouvelles.» Et, au Sénégal, l’établissement d’une telle infraction oblige les enquêteurs à mettre le mis en cause en position d’arrestation. Aussi, dans ce fameux communiqué nocturne, le ministre de la justice a fait savoir qu’il réclamerait «la réparation du préjudice subi».

Pour obtenir la réclamation de «ce préjudice subi», tout laisse croire qu’on va vers un dossier qui ne sera vidé que devant un tribunal. Comme le ministre de la justice, des sources judiciaires ont fait savoir à Kewoulo que «les Farès, aussi, peuvent être tentés de déclencher la même action judiciaire ; parce que Cheikh Yérim Seck ne pourra jamais prouver tout ce qu’il a déclaré sur le plateau de 7 TV. Il ne pourra jamais dire ni donner les contenus des fameux appels satellitaires qu’il a évoqués comme il ne pourra jamais prouver les hypothétiques personnalités qui pourraient faire l’objet d’un mandat d’arrêt international. C’est un bluffeur. Je ne sais pas ce qui le motive, mais ce gars croit parler à des ignorants qui vont s’abreuver à la source de ses élucubrations journalistiques

Laisser un commentaire