Exclusif: Cheikh Yérim Seck et compagnie déférés au parquet pour avortement clandestin

Exclusif: Cheikh Yérim Seck

C’est une exclusivité Kewoulo. Au moment où ces lignes sont écrites, le journaliste Cheikh Yérim Seck se trouve dans la cave du tribunal des flagrants délits de Dakar. Conduit avec ses coaccusés pour une scabreuse affaire d’avortement clandestin, il risque le mandat de dépôt à tout instant.

Le journaliste, Cheikh Yérim Seck est privé de liberté. Convoqué ce matin par les hommes du commandant Abdou Mbengue, il a été, aussitôt, arrêté et déféré au parquet pour les délits d’association de malfaiteurs. Et d’avortement clandestin. A en croire des sources judiciaires contactées par Kewoulo, « le groupe va être incessamment présenté au maître des poursuites » pour connaitre le sort qui leur sera réservé. « Toutefois, ont noté ces mêmes sources, il y a de fortes chances que le groupe soit placé sous mandat de dépôt. »

Pour rappel, c’est le vendredi dernier que la Section des recherches a eu vent d’une opération d’interruption volontaire de grossesse qui se faisait à la cité Fadia de Dakar. Des informations qui leur sont parvenues, il est dit qu’une certaine Ngoné Thiam était en train de subir un curetage du fœtus dans son ventre. Et l’auteur de cette grossesse et commanditaire de cet avortement ne serait autre que le sieur Cheikh Yérim Seck. Interpellés le samedi par des gendarmes en civil, Ngoné Thiam, sa copine Khadidjatou Faye et le faux médecin, Yaya Sow, ont tous reconnu les faits et mouillé Cheikh Yérim Seck comme l’auteur de la grossesse. Et commanditaire de l’avortement.

Auditionné lundi dernier, soit une semaine jour pour jour après sa dernière convocation de la brigade de recherches, il a été entendu et laissé en liberté. Se disant victime d’une cabale, Cheikh Yérim Seck a réfuté les accusations de « commanditaire de l’IVG », même s’il a fini par reconnaître une relation adultérine avec Ngoné Thiam, âgée de 29 ans, à qui il a pris un appartement aux Mamelles. Et, en plus des confrontations organisées, Cheikh Yérim Seck a été fragilisé par des éléments électroniques versés au dossier d’enquête: des écoutes téléphoniques et des conversations WhatSapp. Et, c’est fort de tous ces éléments que le procureur de la République -qui n’a rien raté de cette affaire- a ordonné son déferrement il y a une heure, dans ses services. Et ce déferrement intervient une semaine, jour pour jour, après son dernier face à face avec le maître des poursuites.

Laisser un commentaire