Exclusif: A Cambérène, des policiers dormeurs se font voler des sacs de riz de « l’aide alimentaire »

Exclusif: A Cambérène

C’est l’une de ces insolites histoires de «domu badiène» couillonnés par l’autre cousin, dont raffolent les Sénégalais, que Kewoulo va vous raconter ce matin. Et, elle aurait, d’autant fait rire, si, en cette période aussi dramatique, elle ne mettait pas en scène policiers et gendarmes face à des voleurs qui ont plus que du culot à revendre. Et au bout du suspens, ce sont les flics qui se sont fait avoir par leurs « cousins » gendarmes après s’être fait humilier par une audacieuse équipe de voleurs.

On aurait aimé vous dire «léboon lipoone, amone nafi, daanena ame» et commencer à vous raconter l’histoire.  Mais non, ce n’est une légende, c’est la triste vérité. C’est la tragédie du gardien qui se fait voler. Et c’est une exclusivité Kewoulo. A en croire des confidences obtenues auprès de sources proches des services de renseignement, la rivalité entre gendarmes et policiers a connu un nouvel épisode cette semaine. Après l’affaire de l’agression du policier de Touba par des gendarmes, -le feuilleton  qui a conduit à l’arrestation du commandant de la brigade de Touba Bélel et de la mutation de ses hommes-, une nouvelle gênante affaire de la rivalité des forces de défense et de sécurité a été gérée au sommet de l’Etat.

Cette fois ci, ce sont les policiers qui se sont retrouvés dans le mauvais rôle et sont devenus la risée des populations de Cambérène. Selon des témoignages recueillis par Kewoulo, «des gendarmes, qui ont appris l’existence de vol de sacs riz provenant du stock de l’aide alimentaire parquée à Cambérène, avaient procédé à des planques et filatures. Et au cours de leur enquête, ils ont arrêté deux individus en possession de 10 sacs. Et c’est la gestion de ce dossier sensible qui est au cœur de l’affaire qui fait rire le milieu du renseignement. » Situé en zone police, le village de Cambérène est dans la circonscription du commissariat de police des Parcelles Assainies. Et comme tel, il appartenait aux hommes du commissaire Thierno Diop de prendre l’affaire en main.

A LIRE AUSSI: Meurtre de Adama Badji Bouks: Ce que l’on sait du présumé criminel Souleymane Badji toujours en fuite

Mais, voilà, ce dépôt d’où sont sortis ces 10 sacs de riz étaient sous la surveillance policière des limiers du commissariat des Parcelles Assainies. A en croire des témoignages recueillis à Cambérène, «alors qu’ils sont chargés de garder le stock, ces policiers ont pris l’habitude de dormir toute la nuit. Et, ils ont toujours eu du mal à se réveiller tôt le matin. » Ayant remarqué ce fait insolite, G. Niang et P. M Seck ont projeté de s’introduire dans leur dépôt et d’y voler des sacs de riz. Était-ce leur premier coup ? Ou bien avaient-ils réussi d’autres ? L’étape actuelle de l’enquête de Kewoulo ne permet pas de le savoir. Toutefois, en sortant ce 15 mai dernier des dépôts de l’école élémentaire N°1 de Cambérène, les deux quidams ont été appréhendés par des éléments de la Section de Recherches de Colobane.

A en croire le témoignage d’une source villageoise qui a requis l’anonymat, « ils sont venus avec une charrette tirée par un cheval. Ce qui est bizarre dans cette affaire, c’est que ces voleurs sont entrés et sont sortis par le grand portail de l’école. Et, ils sont sortis tranquillement avec leur butin qui devait,  plus tard, être destiné à la vente.» Alors que les voleurs pensaient avoir réussi leur audacieux hold-up, ils ont été surpris de voir les gendarmes de la Section leur mettre les menottes aux poignets. «Ensuite, après avoir mis la main sur les voleurs, les hommes du commandant Abdou Mbengue sont allés réveiller les policiers dormeurs pour les informer du vol et de l’arrestation des intrus. » Ont témoigné des sources proches des services de renseignement.

Alertée par cette arrestation des voleurs de policiers, la hiérarchie policière est entrée en action pour demander à ce que la gendarmerie leur retourne le dossier, pour qu’ils fassent l’enquête. Mais, jaloux de leur coup, les gendarmes ont refusé de collaborer. Et, ils ont procédé aux auditions des mis en cause. A l’issue de leurs 48 heures de garde à vue, G Niang et P.M Seck ont été présentés au parquet de Dakar pour les délits de vol en réunion.

Laisser un commentaire