Escroquerie: El’hadji Palla Mbengue attrait à la barre du tribunal correctionnel de Dakar

Escroquerie: El'hadji Palla Mbengue attrait à la barre

L’homme d’affaires El’hadji Palla Mbengue était, hier, devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Poursuivi pour les délits d’escroquerie et d’abus de confiance portant sur la vente d’un camion, le mis en cause a jusqu’au bout du procès nié les faits qui lui sont reprochés. Et réussi à présenter ses accusateurs de faussaires.

D’accusateur, l’homme d’affaires El’hadji Palla Mbengue s’est, hier, retrouvé dans les habits d’accusé. L’un de ses associés, que le transporteur avait traîné devant le tribunal civil pour récupérer sa voiture que détient ce dernier depuis des années, a réussi à faire défiler l’homme d’affaires devant la barre. Le sieur Issa Cissé, un des associés dans la société Solibati -gérée par Palla Mbengue- a saisi la justice pour contraindre El’hadji Palla Mbengue à lui restituer les papiers du véhicule TH 7127 B immatriculé au nom du mis en cause.

 

Depuis l’achat du véhicule en 2004, Issa Cissé a expliqué que El’hadji Palla Mbengue qui n’avait pas barré la carte grise en son nom est revenu à la charge pour leur réclamer le bien qu’il leur avait déjà vendu depuis longtemps. A en croire le plaignant, il avait acheté le véhicule à 15 millions en 2004 avant de le vendre en 2015 à 6 millions de F CFA.

 

Le hic dans tout ça, est que pendant tout ce temps le véhicule continuait à rouler au nom de El’hadji Palla Mbengue. C’est ce fait marquant qui a poussé El’hadji Palla Mbengue à revendiquer la paternité du bien. Et à saisir le juge des référés qui lui a donné gain de cause. Mais, depuis lors, les frères Cissé refusent de lui rendre le véhicule. Et, cela, malgré les 100.000 F.CFA d’astreinte journalière. Entendu à la barre, El’hadji Palla Mbengue a déclaré n’avoir jamais vendu ce véhicule à Issa Cissé.

 

« C’est mon frère qui était comptable dans ma société qui leur a vendu mon véhicule en mon absence« , a déclaré l’homme d’affaires. « C’est par hasard que, lorsque j’ai croisé le véhicule au Pont bascule de Diamniadio, j’ai demandé à contrôler ses papiers. Puisque même si la couleur du véhicule a changé, son ossature me rappelait bien quelque chose. Comme j’ai eu la certitude que c’était le mien, je n’ai depuis lors cessé de demander la restitution de mon bien, en vain« , a déclaré le prévenu.

 

Mais, entre temps, « le véhicule qui appartenait à Solibati » a été cédé à 6 millions de f CFA à Abdourahmane Cissé, un membre de la société. C’est ce dernier qui cherche à régulariser la situation administrative du véhicule en vain. Et c’est pour le cela que le délégué de Solibati, en l’occurrence Issa Cissé, a saisi la justice. Mais, sans le savoir, Issa venait d’avouer au tribunal que lui et son frère venaient de procéder à un détournement de biens sociaux: son frère et lui n’avaient pas le droit d’acheter un bien appartenant à leur société sans l’avis du conseil et du gérant.

 

Pour El’hadji Palla Mbengue, parallèlement à ces décisions en référé, un dossier concernant cette affaire fait l’objet d’une instruction dans les 6 ème cabinet du juge d’instruction. Et dans celui-ci, Issa Cissé et son frère -Abdourahmane- sont visés par les chefs d’accusation de faux et usage de faux en écriture privée. Pour El’hadji Palla Mbengue, ces individus qui étaient ses associés dans Solibati ont imité sa signature avec l’entête d’une autre de ses sociétés pour confectionner un faux acte de vente. Le tribunal a décidé de rendre son verdict le 18 janvier prochain prochain.

Laisser un commentaire