La diaspora parle de l’affaire Prodac: «L’Assemblée nationale devait convoquer Mame Mbaye Niang comme dans l’affaire Benalla»

La diaspora parle de l’affaire Prodac: «L’Assemblée

C’est vers l’Assemblée nationale du Sénégal que les Sénégalais de la diaspora ont pointé le doigt, pour donner leur position sur l’affaire Prodac dans laquelle le nom du ministre Mame Mbaye Niang est cité. La diaspora sénégalaise de France a ainsi estimé que, comme dans l’affaire Benalla qui a secoué l’Hexagone pendant des semaines, et lors de laquelle les parlementaires français ont fait venir tous les ministres inclus dans la chaîne de responsabilité et même le Premier ministre, Edouard Philippe, les parlementaires sénégalais doivent convoquer Mame Mbaye Niang et tous les ministres concernés pour tirer cela au clair.

Pour les Sénégalais de Paris interrogés, cette attitude des parlementaires est une preuve de la faiblesse de nos institutions et la pérennité des maux qui ont toujours été dénoncés dans le fonctionnement de la justice. Pour eux, la justice sénégalaise est encore celle contre les pauvres, contre les opposants. Bref, une justice à mille vitesses ! C’est par une comparaison avec l’affaire Benalla, qui a tenu en haleine l’actualité estivale française pendant plusieurs semaines, au lendemain de la victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde, que les Sénégalais de la diaspora basés à Paris ont analysé l’affaire Prodac.

Ils ont ainsi comparé le travail des députés sénégalais à celui de leurs collègues français, dans les affaires Prodac et Benalla, du nom de ce chargé mission de l’Elysée pris en flagrant délit de violence sur des compatriotes, pour s’indigner fermement de cette justice à deux vitesses avec laquelle le pays de la Teranga est géré. «Nos députés ne foutent rien, sinon se mettre à se quereller dans l’Hémicycle. S’ils ne se battent pas, ne s’insultent pas ou ne se comportent pas en chiffonniers, ils dorment dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale», a explosé la coiffeuse Bineta Guèye.

Pour elle, le Sénégal est en retard, parce que ceux qui sont élus, protègent toujours leurs proches, leurs militants, leurs partisans et leurs sympathisants, même si ces derniers brûlent le pays. «Il ne doit pas y avoir une justice pour les pauvres, pour les opposants et une autre pour les amis et les gens du pouvoir. Ces derniers viennent souvent ici et ils constatent que la justice est égale pour tous. Cette affaire Benalla en est la preuve. Qu’on convoque Mame Mbaye Niang devant les députés et qu’il s’explique. Qu’on ouvre une enquête pour voir ce qu’il en est. S’il est blanc, on le laisse tranquille. S’il est coupable, que la loi s’abatte sur lui et sur tous ceux qui seront incriminés», a proposé la coiffeuse.

Elle poursuit en lançant qu’elle ne fait plus confiance à la justice sénégalaise. «Ce qui a été dénoncé et combattu est toujours d’actualité malgré le changement de régime. On continue de mettre des opposants en prison, sans raison. C’est la loi du plus fort», se désole-t-elle, comme pour survoler les affaires Khalifa Sall, Karim, Barthélemy Dias ou même la convocation de Cheikh Bamba Dièye devant la Dic.

Même son de cloche du côté de sa compatriote Khadidiatou Barro, qui estime également que l’Assemblée nationale n’a pas joué son rôle. «En fait, ils ne font que berner les populations. Dans cette affaire, on a l’impression que c’est un règlement de comptes entre les gens qui sont au pouvoir. Ils se mettent des bâtons dans les roues. Ce sont ces querelles qui retardent notre développement. La justice n’est pas équitable», a fracassé la jeune dame.

«C’est une obligation pour l’Assemblée de s’autosaisir»

Boubacar Boye, lui, est convaincu que l’Assemblée nationale sénégalaise n’avait même pas à attendre d’être saisie ou informée par la presse pour faire son travail sur cette affaire. «Je dois avouer que je n’ai pas trop suivi l’affaire Prodac. Mais, comme dans cette affaire Benalla avec l’Assemblée nationale qui s’est autosaisie pour demander que ce soit clair, nos parlementaires auraient dû en faire autant. C’est même une obligation de tirer cela au clair et de sanctionner à la hauteur de la faute, si elle est constatée. Qu’on soit proche du gouvernement ou non, tout doit être clair», a défendu M. Boye.

Dans la même veine, Ibrahima Souaré engage le débat. Comme son compatriote, il signale ne pas avoir beaucoup d’éléments de cette affaire même s’il est membre d’un groupe whatsApp où ils échangent sur tout ce qui intéresse le Sénégal. «Je ne connais pas grand-chose de cette affaire sur le Prodac. Mais si le débat a été posé au Sénégal, je crois que notre Assemblée nationale aurait dû mettre en place une commission d’enquête pour en connaitre afin d’édifier les Sénégalais sur ce qu’il en est réellement», lance-t-il.

Pour Souaré, depuis l’affaire Karim Wade, la justice sénégalaise fait dans le deux poids, deux mesures. «C’est ce qui semble se passer dans l’affaire Khalifa Sall. Dans la traque des biens mal acquis, seul Karim Wade a été condamné. Les autres ont transhumé pour bénéficier de leur liberté, alors que la justice ne doit pas connaître de différences devant une faute présumée. Elle devrait être équitable pour tous. Mais ce n’est pas le cas et cela me fait mal», a jugé Ibrahima Souaré.

«La gestion de l’affaire Prodac par les députés, c’est une honte»

Pour Alioune Badara Guèye, la gestion de l’affaire Prodac par les députés est une honte. «C’est trop facile et cela fait mal qu’on ne cherche pas à savoir comment notre argent est dépensé», se désole-t-il. Le jeune Lougatois n’est pas content de la justice de son pays, qui réserve toujours des privilèges aux membres du pouvoir, là où ceux de l’opposition, pour moins que rien, sont vite emprisonnés à de lourdes peines.

Laisser un commentaire