Détention de drogue : Le Nigérian Antony C. Onyema encourt 3 ans de prison ferme

Un ressortissant nigérian répondant au nom de Antony C. Onyema risque 3 ans de prison ferme pour trafic de drogue. Marié et père de deux enfants, le prévenu a été jugé ce jeudi 02 juin 2022 devant le Tribunal Correctionnel de Dakar pour répondre des faits d’offre ou cession de cocaïne.

Les éléments de la section de recherche ont reçu des informations faisant état d’un réseau intense de trafic de drogue à Khar Yalla. Les investigations menées par les hommes en bleu ont permis de mettre la main sur le prévenu Antony C. Onyema. En effet, ce dernier avait loué une chambre dans le quartier Khar Yalla où il exerce son activité de vente de drogue. Lors de la perquisition de ladite chambre, les éléments enquêteurs ont découvert six (6) boulettes de cocaïne et une autre substance de couleur grise et blanche dissimulée dans des sachets ainsi qu’une petite balance. Les analyses effectuées sur ces produits ont montré que les produits étaient de la cocaïne. Interpellé, le mis en cause a reconnu les faits et déclaré qu’un nommé Alla lui fournissait la drogue.

Selon lui, la substance trouvée dans sa chambre était juste pour sa consommation personnelle. “Ils ont trouvé chez moi 5 grammes de cocaïne et les autres sachets contenaient du “Gari” destiné à la nourriture”, se dédouane-t-il.

Le parquet lui rappelle qu’à l’enquête préliminaire, il avait déclaré que cette balance servait à peser le “Gari” qu’il distribuait aux fidèles de l’église. “Je n’ai pas dit cela. J’utilise cette balance pour peser la drogue afin d’éviter une overdose”, rétorque Antony C. Onyema.

Lors de son réquisitoire, le procureur a souligné que le prévenu est de mauvaise foi. Il souligne que le matériel et la quantité de drogue trouvés chez lui montre qu’il s’active dans le trafic de drogue. Suffisant pour  demander que le prévenu écope de 3 ans d’emprisonnement ferme.

Me Ndiogou Ndiaye, qui assure la défense du prévenu, a fait savoir que son client a reconnu pratiquement les faits qui lui sont reprochés. La robe noire sollicite une application extrêmement bienveillante de la loi pénale.

Le délibéré sera rendu le 7 juillet.

Laisser un commentaire