Croisade contre les bailleurs: retour sur la réduction du coût du loyer

Les locataires qui se sentaient abandonnés par l’Etat et laissés à la merci des locateurs, communément appelés bailleurs, peuvent reprendre espoir. Macky Sall a instruit son gouvernement d’assainir le secteur et de lui remettre le rapport avant fin octobre. Un ultimatum est lancé au gouvernement pour livrer en fin octobre un rapport sur la baisse du coût du loyer.

Ledit document devra faire l’état des lieux et montrer si la loi est suivie par les bailleurs ou non. Le rapport ne devrait pas être compliqué à élaborer car les conséquences de la loi sont connues de tous. En effet, les bailleurs ont expulsé leurs premiers locataires et renchéri le coût du loyer. Beaucoup de recours ont été faits par les locataires pour corriger cette injustice, mais en vain.

Le manque de mesure d’accompagnement de la loi est passé par là. Pour rappel, il y a 3 ans, l’Etat s’était résolument engagé dans une bataille ferme contre les bailleurs. Ce bras de fer s’était soldé par la baisse considérable du coût du loye en fonction des quartiers. Une mesure soulageante hautement appréciée par les locataires, mais tant décriée par les bailleurs. Ces derniers sentaient leurs intérêts menacés, car ils s’enrichissaient outrageusement sur le dos des locataires.

Une loi a été introduite à cet effet et votée dans l’urgence pour assainir le secteur de l’immobilier. Ce qui permettait aux locataires de faire des économies. Hélas, il n’y avait pas de suivi puisque les bailleurs avaient trouvé toutes les astuces pour expulser les occupants de leurs immeubles, faire flamber les prix et se chercher d’autres locataires. Ils brandissaient l’argument selon lequel ce n’est pas l’Etat qui a financé la construction de leurs maisons.

Par conséquent, ils fixent le prix qu’ils veulent. Eh bien, c’est le retour à cette anarchie dans l’immobilier que le chef de l’Etat a décidé de combattre. Mais cela ne le dédouane pas pour la simple et bonne raison que la loi baissant le coût du loyer a été votée à la hâte sans suivi. Avant de prendre une mesure, il faut s’assurer de toutes les garanties pour son applicabilité et son application.

Laisser un commentaire