Côte d’Ivoire: Deux civils tués par les FRCI, les populations massacrent deux gendarmes

Côte d'Ivoire

L’Etat-major de l’armée ivoirienne comme la présidence de la République sont dans une sombre colère. La vendetta organisée par les populations de Bouna, avec l’assassinat de deux gendarmes, est perçue comme une atteinte grave à l’autorité de l’Etat. Et ça se discute sur les mesures à prendre pour faire respecter la loi de la République.

Cette nuit qui va tomber sur la Côte d’Ivoire viendra, certainement, avec son lot d’interrogations, de peurs et de préparation pour un violent affrontement. Si pour le ministère de la Défense -de qui dépend la gendarmerie nationale et les FRCI- « l’affront doit être lavé par la force, » pour les populations, « c’est une juste réponse à un acte injuste posé par des corps habillés qui se croient tout permis. » Entre ces deux population, le pays est suspendu à la décision du chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

A l’origine de ce climat instable se trouve l’opération de police menée hier, mercredi 16 novembre, par les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, une union d’anciens militaires et rebelles nordistes,  dans le village de Niamoin, à 70 kilomètres de Bouna et à 20 km de Téhini, dans la région de Bounkani vers la frontière Ghanéenne.

ce jour-là, des militaires qui voulaient procéder au contrôle de deux individus à moto ont sommé ces derniers de s’arrêter. Comme les motocyclistes ont refusé d’obtempérer, les soldats ont ouvert le feu sur eux, les tuant sur le coup. Une fois leur crime opéré, les FRCI se sont repliés dans leur caserne en informant les gendarmes du drame survenu.

Comme c’est dans leur domaine de compétence, des gendarmes de Bouna sont allés procéder au constat. Et à leur grande surprise, ils ont été encerclés par des villageois hystériques, décidés à venger les leurs. Mis en infériorité, deux gendarmes ont été massacrés et leurs corps abandonnés sur place.

Face à « cet affront » que des faucons de l’armée veulent laver dans le sang, l’Etat major est dubitatif et est à l’écoute de l’autorité Alpha. Déjà, le climat dans cette partie du pays est très tendu depuis mars dernier avec les cycliques affrontements meurtriers entre les Lois -une ethnie de Côte d’Ivoire- et Koulango-Peul, en raison d’un incident causé par des troupeaux des derniers nommés dans les champs de Lois.

Lors de ces affrontements, 33 personnes avaient péri. Et on avait compté jusqu’à 52 blessés avant que 2.640 ne fuient la zone. Revenus peu à peu de cette exode, les populations ont décidé de ne plus quitter leur maison où quelque 900 hommes des forces de défense et de sécurité avaient été déployés dans la ville pour rétablir et maintenir l’ordre.

Bien avant cet autre événement majeur, cette région avait été instable suite à une bavure policière causée par des policiers de Katiola. pour amener le calme, l’Etat avait procédé au transfert de tout le commissariat vers d’autre région du pays. Avec cet énième affrontement meurtrier et la tournure que les choses sont en train de prendre sur le terrain, on se demande quelle sera l’attitude du gouvernement ivoirien.

 

 

Laisser un commentaire