Coronavirus : pourquoi le confinement n’est peut-être pas la solution en Afrique?

De nombreux pays africains ont mis en place des mesures de confinement afin de stopper la propagation du coronavirus, mais, comme le soutiennent Alex de Waal et Paul Richards, les gens ordinaires doivent participer au choix des solutions qui leur conviennent.

Les pays du continent ont beaucoup appris de la lutte contre des épidémies telles que le VIH et le virus Ebola, qui devraient être mises à profit pour faire face à l’impact du Covid-19.

La leçon la plus importante est que les communautés doivent être à la pointe de la stratégie de riposte.

Ce n’est pas un vœu pieu, mais une réalité, une situation vécue.

Premièrement, les épidémies de maladies infectieuses se développent différemment dans les différentes communautés, en fonction des conditions sociales que seuls les habitants peuvent connaître.

Deuxièmement, aucune mesure de contrôle, par exemple un confinement, ne peut être imposée sans le consentement des personnes touchées.

Ce n’est que lorsque les populations locales sont pleinement impliquées dans la planification et la mise en œuvre des mesures de contrôle des épidémies qu’elles peuvent travailler à leur application.

Les autorités sanitaires ont élaboré un guide utile pendant l’épidémie du SIDA : « s’informer, se protéger et agir ».

Il est utile de considérer le Covid-19 non pas comme une pandémie mondiale unique, mais comme une flambée simultanée d’innombrables épidémies locales, chacune légèrement différente.

Les mécanismes fondamentaux de transmission du virus sont les mêmes partout. Mais la vitesse et le mode de propagation varient d’un endroit à l’autre.

Une commune densément peuplée aura une trajectoire différente de celle d’une banlieue de classe moyenne ou d’un village.

L’épidémie se propagera à nouveau différemment dans les camps de réfugiés et parmi les peuples nomades.

Dans chaque cas, les facteurs clés sont les comportements sociaux tels que les salutations, la promiscuité entre les personnes de différentes générations, le lavage des mains ou le maintien d’une distance physique.

Les experts peuvent construire leurs modèles en se basant sur des hypothèses et des moyennes, mais seules les communautés peuvent savoir ce que cela signifie pour leur situation particulière.

L’Afrique a un fardeau de maladies différent des autres continents.

Il y a de bonnes raisons de craindre que le Covid-19 soit particulièrement dangereux pour des dizaines de millions de personnes atteintes de tuberculose ou dont le système immunitaire est affecté par le VIH.

On sait peu de choses sur ce que signifie l’infection par le coronavirus pour les personnes atteintes de paludisme ou souffrant de malnutrition.

Laisser un commentaire