Contribution : Robert Bourgi, tu permets… (Par Adama Gaye)

C’est parce que je te revois, par des interviews et actes hautement politiciens, longtemps partisans, t’engager dans le jeu politique de notre pays, je prends la liberté de t’interpeller, toi, l’homme des réseaux, l’héritier autoproclamé de Jacques Foccart, et surtout l’intellectuel au nez fin, qui sait sentir la direction du vent.

Je t’écris parce que tu as posé le vrai débat en disant que Macky était désormais seul. En clair, confirmant le mot de John Kennedy, il n’est plus qu’un orphelin, comme la défaite sait l’être.
Même Cheikh Ndiaye, l’un des habituels flagorneurs, Feddayins prêts à tirer sur tout ce qui bouge au nom de la défense de celui qui fut son leader, au point de rester maintenu à ses côtés malgré ses propres frasques -ne l’oubliions pas, il avait enceinté, après viol, une fille de douze ans!-, ne se prive plus de retourner son canon vers son maître. Les opportunistes ont aussi du talent et du flair: le sachant hyène par terre, il ne se gêne donc plus pour le menacer de ses foudres.
Les dés sont donc pipés. Qui, mieux que toi, Robert, le sait? C’est fini.
Je surprends beaucoup de celles et ceux qui me lisent ici en me tournant vers toi pour cette lettre ouverte mais parce que tu as encore la capacité de faire remonter la bonne analyse et que tu peux peser, en ces heures de solitude et désespoir, sur un Macky aux abois, sonné, tourmenté par la peur d’une reddition de ses nombreux crimes, il me semble tu as un rôle à jouer ici ne serait-ce que parce que tes racines familiales te plongent, profondément à travers ton père, Abdou Karim, l’honorable correspondant des renseignements français, dans les réalités de notre pays.
Nul n’est, au surplus, aussi habitué à assister à des chutes de figures politiques africaines, et depuis que je te connais, tu en as vu, de Bongo à Mobutu, de Diouf aux Wade, Gbagbo, s’écrouler de leurs strapontins
Depuis ce jour où, assis à mon bureau de Jeune Afrique, en 1989, tu m’avais appelé pour m’inviter, au nom de Bongo-Père ou Diouf, à déjeuner, à Paris, je suis attentivement tes moindres gestes et propos.
La dernière fois que je tai revu fut, voici dix ans, lors de l’enterrement de Madame Evelyn Valentin, l’ancienne Secrétaire Particulière du Président Bongo-père, dans le cimetière des Hauts de Seine où nous nous étions rendus ensemble, à bord de ta voiture.
Ce jour-là, en présence d’Edouard, son époux et père de l’actuelle Première’ dame du Gabon, nous nous étions regardés en silence comme pour nous dire: “où étaient ces gens à qui, de son vivant, la raffinée Madame Valentin ouvrait les portes très recherchées d’Omar Bongo?”.
Robert, ce jour-là, j’avais été bluffé par ta fidélité. Comme je le fus, revoyant ton maître à penser, après De Gaulle, qui n’est autre que Foccart et que tu n’as jamais renié malgré tout ce qui court sur sa sulfureuse réputation.
J’ai eu le privilège d’être l’un des rares africains à avoir rencontrés, en marge d’un entretien que j’avais avec Jacques Chirac, le patriarche de Luzarches, véritable père et initiateur de la FrancAfrique.
A la lumière de ces éclairages, si je t’écris aujourd’hui c’est parce que l’heure est grave et qu’il est temps de débrancher les fils de la perfusion qui maintiennent en vie politique Macky Sall.
Je souhaite que, par tes canaux, tu fasses remonter dans les réseaux FranceAfricains, ou ce qui en reste, ce qui doit être su, à savoir qu’en misant sur un tocard aussi vil voleur, inapte, inepte, indigne et nul, comme l’est Macky Sall, la France, surtout celle de Sarkozy et Macron, s’est plantée, en plus de s’enfoncer une dague mortelle dans le dos.
Comment avec les fines informations à sa disposition du fait d’une vieille tradition de renseignements parmi les meilleures au monde et de connaissance approfondie de ses ex-colonies, Sénégal en tête, la France a-t-elle pu fermer si légèrement les yeux sur ce qu’elle savait de cet individu? On comprend aisément, à cette aune, que la pauvreté de ses choix explique le grand dégoût, le rejet presque générationnel, qu’elle suscite désormais dans la rue africaine. Comme si elle s’entêtait à ne fréquenter que des ripoux de l’engeance Macky en croyant que cela suffit pour lui maintenir un imperium post-colonial sur des Etats et peuples assoiffés de libertés et souveraineté.
Macky Sall, par ses médiocrités et limites incommensurables est l’incarnation jusqu’à la parodie des mauvaises fréquentations d’une France qui se refuse à choisir l’excellence, pourtant abondante, sur le continent mais à se coltiner avec des vendus, prêts à trahir leurs origines. En lui, les défauts se déclinent avec une telle facilité qu’il y a lieu de se demander si Paris n’a pas voulu être dans une posture de les voir.
Débauche sexuelle, immoralité, détournements financiers, accointances avec des milieux sulfureux, tendances autocratiques et sanguinaires, antidémocratiques, nullité, mensonges sur ses diplômes, et, d’abord, incapacité à porter le fardeau d’un pays-Etat aussi significatif que le Sénégal, tout, absolument tout, indiquait à qui voulait voir que Macky Sall n’avait ni les épaules ni la bonne moralité pour se retrouver à ses commandes.
Robert, toi, l’intellectuel, auteur à la fois d’une thèse remarquable de Doctorat d’Etat sur le Gaullisme, comment as-tu pu, au nom de je ne sais quoi, te mettre à suivre, en caniche, cette insulte à la mémoire et à l’avenir, au présent, de notre peuple?
Je sais que ton frère Albert, éminent universitaire lui-aussi, qui se trouve hélas dans une maison de retraite, rattrapé par le poids des ans, aurait acquiescé vigoureusement sur ce que je dis ici, mais je crois, pour l’avoir rencontrée au moins une fois, ton épouse avocate n’hésitera pas à t’inviter, pour une fois au moins, à t’écarter de cette épave qui s’enfonce dans les profondeurs de ses méfaits, que le peuple Sénégalais a précipité vers son mérité destin par un coup de Jarnac électoral que, Pangloss des Tropiques, il n’avait pas vu venir…
Tu es assez fûté pour deviner que ce n’est pas par hasard que la chaîne France 24, porte-voix de la France, n’a pas hésité à m’accueillir sur son plateau avant-hier, au lendemain du scrutin législatif. C’est un signe.
Je n’avais pas voulu y accabler celui qui n’est plus qu’un être agonisant mais plutôt saluer le réveil, grâce à son peuple, de notre démocratie.
Cette élection a prouvé que le Sénégal, bien que victime des coups de canifs sur sa démocratie par l’irresponsable, vendeur à la sauvette qu’il aurait dû demeurer, a pu reprendre le flambeau du leadership démocratique africain -restaurant une tradition qui s’était traduite par une pratique démocratique quand la majorité des pays africains, dans les années 60 à 80 vivotaient dans le monolithisme politique, puis par des transitions démocratiques pacifiques en 2000 et 2012.
La perspective d’une cohabitation -déjà à l’oeuvre en…Gambie, fait honneur à notre pays. Qui retrouve ses couleurs et se pose en innovateur, en plus de prouver qu’il sait arbitrer ses litiges politiques par les urnes et non les armes. La grande question est celle de savoir si, contrairement à un Mandela qui avait su s’élever pour permettre un Pacte démocratique post-racial certes incomplet mais dynamique, celui, Macky, minus en diable, que nous avons comme interlocuteur, est capable d’autre chose que de tenter des fraudes électorales ou, pis, d’attiser les flammes de l’ethnicisme et encore de chercher à enrôler illégitimement les forces de défense et sécurité qu’il a depuis gravement dévoyées pour les inviter à mâter le peuple qui ne veut plus de lui.
Parce qu’il n’est pas en mesure de se situer là où les enjeux politiques l’attendent, cet aventurier, installé par erreur dans les arcanes du pouvoir, doit être dès à présent sommé de se tenir coi et d’accepter sa défaite électorale tellement cuisante qu’aucune des voix habituelles qu’il savait convoquer pour le défendre, y compris dans des causes indéfendables, n’ose plus émettre une onde de soutien à son égard.
Robert, malgré nos divergences de vue et ton parcours sulfureux, tu restes un grand frère et tu me connais mieux que quiconque: jamais je n’ai dévié de mes convictions. C’est pourquoi, sachant que tu as la capacité de saisir cette carte qui s’offre à toi, je te prie de réveiller, par une “note blanche”, de renseignements, les autorités françaises, l’hurluberlu Macron en premier, pour qu’elles réalisent que le choix du peuple Sénégalais est fait; qu’il est massivement contre Macky Sall, et qu’il ne saurait être question de le laisser plus longtemps sévir contre les intérêts de notre pays, notamment avec des flibustiers institutionnels français, d’Alsthom à Eiffage, Bolloré, et les autres criminels du monde entier attirés par l’aimant de la criminalité émergente que dégage sa mal-gouvernance…
La jurisprudence Yaya Jammeh, débarqué par la CEDEAO, Macky en tête, doit s’appliquer à l’actuel Président en exercice de l’Union africaine.
La fête est finie, disent les Sénégalais (ses) et la marge de manœuvre est très étroite pour celui qui sent, sait, qu’il a pillé notre pays -et ne saurait échapper à son devoir de restituer ce qu’il a pris et de payer pour ses crimes économiques, politiques, sociaux et de sang.
Robert Bourgi, hélas, nous avons un complexé à la tête (illégitimement) de notre pays où il ne s’est maintenu que par des arnaques électorales (c’est pourquoi je ne le considère pas comme un Président ni ne le désigne ainsi), je sais qu’il est disposé à te prêter oreille.
Dis lui de débarrasser le plancher mais, pardon, ne lui promet ni d’amnistie ni d’impunité; lui et sa garde prétorienne de destructeurs, gladiateurs, qui se sont acharnés sur notre pauvre pays doivent enfin réaliser que le temps de l’arrogance est révolu.
La fête est finie. Les vents ont tourné. Il est venu le temps de débrancher l’appareil respiratoire et les perfusions. Macky est un accident à conjuguer au passé…
Adama Gaye*,, auteur d’Otage d’un Etat, citoyen Sénégalais illégalement détenu par le régime de Macky Sall, vit en exil loin du Sénégal. Le retour est pour bientôt.

Laisser un commentaire