Contribution: Idrissa Gana Guèye la couleur du refus (Par Doudou KA)

Il est devenu, sans le vouloir, le visage d’une fierté nationale. Il est devenu, à son corps défendant, le héraut du refus face à l’impérialisme des valeurs d’un monde de plus en plus intolérant. Il est devenu, par le hasard des circonstances, l’icône internationale d’une résistance culturelle et religieuse face aux commandeurs autoproclamés d’une morale universelle.

Sportif modèle, joueur de haut niveau, époux modèle d’une dame française, il s’est retenu, par respect,  à ses valeurs morales et ses convictions religieuses, d’enfiler le maillot aux  couleurs arc en ciel, symbole de la communauté LGBT. Derrière ce geste, un nom :  Idrissa Gana Gueye, un patronyme qui claque désormais aux yeux du monde comme l’expression d’un digne refus de la dictature culturelle et morale.

LE REFUS DE RENIER SES CONVICTIONS

Nous ne sommes plus seulement face à une affaire sportive; ce qui se passe avec “l’affaire Gana” est la tentative de négation de nos systèmes de valeurs dans une partie du monde. Ce qui est également en jeu, c’est le prix de la responsabilité politique de l’Afrique, de ses dirigeants et de ses représentants. C’est le refus que nos valeurs religieuses, morales et culturelles soient conditionnées. C’est dans ce sens qu’il faut saluer le soutien agissant apporté à notre compatriote par le Président de la République du Sénégal, Macky SALL, en sa double stature de Chef de l’État du pays d’origine d’Idrissa Gana Gueye et de Président en exercice de l’Union Africaine, qui exige « le respect de ses convictions religieuses ».

Au-delà  du Chef de l’État, c’est tout le peuple du Sénégal qui est debout pour porter la réplique à ceux qui se sentent investis d’une mission de civilisation universelle, ceux qui veulent nous imposer leur propre ordre moral, ceux qui en dénient la liberté de conscience aux autres citoyens du monde qui ne pensent pas comme eux ou qui n’ont pas les mêmes valeurs qu’eux. Idrissa Gana Gueye est fier fils du Sénégal, un pays synonyme d’ouverture et de Téranga.

Il n’y a rien d’extrémiste chez ce garçon, aucun militantisme fanatique. Il incarne les idéaux les plus achevés de la bienveillance et a mis la délicatesse au poste de commande de ses relations sociales. Le geste de Gana Gueye n’est en rien un acte de rébellion. Il est juste l’expression d’un refus du reniement de ses convictions religieuses et morales. Avant d’être un athlète valorisé à coup de millions d’euros pour taper sur un ballon, Idrissa est avant tout un homme dont le périmètre de réflexion dépasse de loin celui d’un terrain de football.

UNE JURISPRUDENCE GANA GUEYE

Ce qui est en jeu, c’est qu’au nom de certaines minorités, on veut réduire la liberté de conscience de millions de personnes par des menaces, par des sanctions ou par l’intimidation. Comme si la cause LGBT devait être le totem d’un consensus planétaire et d’une standardisation culturelle. Voilà pourquoi j’aimerais à cet instant précis rendre hommage à Idrissa pour son courage exceptionnel. Nous ne sommes pas condamnés à ce destin de voir certains nous imposer des valeurs qui ne sont pas les nôtres.

Alors que les codes de déontologie professionnels n’étaient quasiment réservés qu’à une petite poignée de professions, “la controverse Gana” pourrait bien inaugurer l’introduction de la clause de conscience dans le monde du sport. L’avalanche de réactions positives et négatives, de la part du monde politique, médiatique, sportif et culturel va forcer aujourd’hui le monde à réfléchir sur une “jurisprudence Gana Gueye”. Son geste du samedi 16 mai 2022 sur un terrain de football en France fera école dans les stades du monde entier.

Doudou KA

Ingénieur Civil des Ponts et Chaussées Paris

Homme politique sénégalais

 

Laisser un commentaire