Congo: Le Sergent Malamine Camara ressuscité et réhabilité pour l’éternité

Inconnu dans son pays d’origine, le sergent Malamine Camara est une figure historique au Congo. Célébré comme l’un des pères de la nation congolaise, ce Sénégalais mort dans l’anonymat à Dakar a été honoré à Brazzaville où, grâce à ses actions, le drapeau national flotte au Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza.

Il est mort en 1886 à Dakar. Mais, en ce dimanche 29 avril 2018, le sergent Malamine Camara était bel et bien présent à Brazzaville. Heureux comme un patriarche observant depuis le paradis le compagnonnage de ses enfants. Au mémorial Pierre Savorgnan de Brazzaville, il a été le témoin muet de l’hommage posthume que la nation congolaise a rendu au bienfaiteur qu’il fut pour les sujets du roi Makoko  Iloo 1er. Arrivé au Congo en 1880, l’homme qui avait la garde du poste et du pavillon français, dans cette partie du continent, n’est jamais parti de ce pays. D’ailleurs, au cours de son allocution, le ministre de la culture et des Arts, Dieudonné Moyongo a assuré que « le souvenir resté vivace-du Sergent Malamine Camara- dans la mémoire collective des Congolais sera soigneusement entretenu. »

Bien avant cette cérémonie qui, ce matin du 29 avril 2018, réunit les présidents Faustin-Archange Touadéra, Macky Sall et Denis Sassou-Nguesso, les Congolais n’ont jamais oublié Mayala -nom donné au débrouillard sénégalais- ni dans leur cœur ni dans leur histoire encore moins dans leur prière. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le supplétif du colonisateur d’hier est, aujourd’hui, salué en rassembleur, en bienfaiteur. « En Malamine nous saluons l’homme sans qui le Congo n’existerait pas comme on le connaît, aujourd’hui. C’est lui qui a empêché aux Belges de prendre possession de cette rive droite du fleuve Congo. Si nous saluons Malamine Camara, c’est aussi pour honorer la mémoire d’un homme généreux qui a tout partagé avec les Congolais, à chaque fois qu’il est rentré de chasse et de pêche« , a déclaré Mme Belinda Ayessa, la directrice du mémorial Pierre Savorgnan de Brazza ; une femme sans qui, il n’y aurait jamais eu cette journée mémorielle.

A la suite du Sergent Malamine Camara,  ce diplomate sénégalais émérite, de nombreuses vagues migratoires se sont rendues au Congo. Et les descendants de Makoko Illo 1er -qui ont vu en ces Sénégalais, les enfants du bon Sergent Malamine, les ont toujours considérés comme des cousins. Et les ont toujours couverts de leur hospitalité. « De nos jours, les Sénégalais constituent la plus importante communauté étrangère installée au Congo à telle enseigne que tout ressortissant de l’Afrique de l’Ouest est communément appelé Sénégalais », a déclaré le ministre congolais de la culture. Cette reconnaissance congolaise envers les descendants du Sergent Malamine, il n’y en pas que les Sénégalais qui en profitent. « Quelle que soit sa nationalité, quand un Africain de l’Ouest a un problème au Congo, il se déclare immédiatement Sénégalais. Et fait appel au Consul comme à l’ambassadeur du Sénégal. Les Sénégalais sont les seuls citoyens à vraiment se sentir chez eux, ici, au Congo« , a témoigné l’ambassadeur Batoura Kane Niang.

Lors de ses obsèques en février 2017, ce sont des milliers d’Africains qui ont pleuré la mort du consul Abdourahmane Baidy Kane. Et accompagné son cortège funèbre dans les rues de Pointe Noire. «La seule fois que j’ai vu autant de monde rassemblé dans un seul endroit, c’était lors de la victoire d’Abdoulaye Wade avec sa marche bleue », avait confié Papa Moda Ndour, le chargé d’affaires du Consulat lors de l’arrivée de la dépouille de Baïdy Kane à Dakar.  C’est, aussi, en reconnaissance à l’humanisme de ce « bon Sergent Malamine » que le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, autorise à chaque fête de Korité comme de Tabaski les Sénégalais à venir prier sur ses terrains ; alors que ces espaces sont interdits même à la jeunesse congolaise.

A ce propos, un chauffeur de la présidence de la République qui nous a servis de guide à une anecdote. « Après la guerre de 1997, le Congo -qui avait besoin d’argent pour se reconstruire- avait mis en place une taxe pour les étrangers afin de collecter des fonds. Mais, le président Sassou-Nguesso a exigé qu’on rende leurs cotisations aux Sénégalais. Parce qu’on a déjà une dette envers eux. » A rappelé ce chauffeur. Récit confirmé par l’ambassadeur Batoura Niang.

Inconnu au Sénégal où même les officiels ont du mal à retrouver les traces du Sergent Malamine, le natif du Fouta est, paradoxalement, bien présent à Brazzaville. Ici, la prison centrale de Brazzaville avait longtemps porté son nom. A sa suite, le port porte le nom d’un illustre Sénégalais : Yoro Thiam, un ancien contremaitre des chemins de fer. Aussi, de nombreux quartiers de Brazzaville sont, aujourd’hui, appelés Dakar. A Brazzaville, le quartier Poto-Poto est une création du Sergent Malamine ; parce qu’ayant découvert que le sol du coin était très boueux. Le lac Kao à Dolisie est un hommage à Sibiranti Kao, un Sénégalais. Et le ministre congolais de la culture et des Arts a rappelé que « toutes ces toponymies indiquent si besoin en était, le très fort ancrage des Sénégalais en terre congolaise. » Reconnaissant de tant de marques d’affection et d’amitié, le président sénégalais n’a pu s’empêcher de scander un émouvant et historique « Mbotté Nabino. »  « Mbotté Nayo Papa Mokonzi. » « Mbotté Nayo Président Sassou-Nguesso ».

Après avoir salué le preux soldat, Macky Sall a rappelé que le Sergent Malamine Camara a hérité d’une longue tradition de refus ; tradition dans laquelle « nos forces armées tirent leur devise « on nous tue, on ne nous déshonore pas« . Et, c’est en hommage à cet esprit de bravoure -qu’incarnait si bien le Sergent Malamine Camara- que le Sénégal a immortalisé sa mémoire par une rue et un lycée qui portent son nom. » Très inspiré par cette journée de mémoire, le président Macky Sall a salué l’esprit de partage et de tolérance des Congolais. Et rappelé les valeurs militaires comme humaines du sergent Malamine Camara. Renvoyé pour la circonstance à l’histoire, le président Macky Sall a rappelé que la première mosquée de Poto-Poto a été construite en 1908 par El’hadji Thierno Seydou Nourou Tall.

Comme lui, Mamadou Diop, ancien maire de Poto-Poto, de Biram Anta Sy, chef de canton de Dolisie ont laissé des traces indélébiles dans la mémoire collective des Congolais. Très satisfait de cette visite d’une haute portée diplomatique, le président Macky Sall, qui s’est mis au Lingala, a lancé à la foule : « Matondo Mingui », Merci beaucoup ! Une reconnaissance adressée, avant tout, à ce bon sergent Malamine Camara qui, plus d’un siècle, continue de réaliser des victoires  diplomatiques qu’aucun diplomate Sénégalais n’a jamais réussi ailleurs. Faire flotter, en permanence,  son drapeau national sur un territoire souverain aux côtés de ceux de la France et de l’Italie. Et permettre à des millions de compatriotes de vivre paisiblement grâce à son souvenir.

Babacar Touré

Envoyé Spécial à Brazzaville

       

 

Laisser un commentaire