Commissaire Keïta et les rapts d’enfants : « On va vers des meurtres en série si… »

Commissaire Keïta et les rapts d'enfants

Ancien directeur de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis) avant sa radiation de la police, le commissaire Cheikhna Keïta maîtrise les questions sécuritaires et criminelles. Dans cet entretien avec Seneweb, il estime que la réaction de la police face au phénomène, bien « salutaire », « est insuffisante ».

Comment analysez-vous le phénomène des rapts d’enfants ?
C’est un phénomène qui n’est pas nouveau. Mais, la sécurisation des populations soulève une problématique nouvelle qui n’est pas forcément prise en charge telle qu’elle est exprimée dans la réalité. Donc pour pouvoir réagir correctement il faudrait que les services de police acceptent d’aller vers une explication et une compréhension du phénomène d’abord. Ensuite, traduire cette compréhension du phénomène dans leur manière de prendre en charge leur mission. Aujourd’hui, nous devons aller vers une spécialisation forte en matière de la gestion de la sécurité. Cette voie est incontournable.

Pourquoi maintenant ?
Parce que cela nous amène à avoir un siège d’explications de tous les phénomènes qui nous entourent. Dans les pays qui répondent correctement à ce type de menaces, quand une menace est identifiée dans sa forme, son contenu et dans sa philosophie, et risque d’être un mal social durable, les services en charge de la question s’organisent et se spécialisent dans ce domaine. Ils vont à la recherche d’expertises pour réagir correctement. Ensuite, on va vers des stratégies qui permettent de maîtriser correctement le phénomène, de le contrôler et de le finir. Si les services de police ne sont pas capables d’aller vers cette démarche-là aujourd’hui, avec l’ampleur du problème, il faudrait que nous, nous les y aidons, nous qui sommes à l’extérieur et qui subissons le problème. Parce que cette voie est incontournable.

Voulez-vous dire la réaction de la police n’est pas appropriée ?
Je la salue. C’est une réaction tout simplement. Et c’est tout à fait normal que la police, après avoir reculé une première fois, pour faire face à un phénomène qui l’interpelle de manière crue, annonce des réactions. Mais ce sont des réactions. Il faut saluer cela, mais c’est insuffisant. C’est face à l’actualité que ces réactions ont du sens. Mais face au problème tel qu’il existe réellement, ça ne va pas très loin au plan de la stratégie, au plan des actes qu’il faut poser pour lutter contre ce phénomène-là. Il faut aller bien plus loin que ça. Mais c’est à saluer quand même parce que cela montre que les gens sont à même de réagir par rapport à un phénomène comme ça en mobilisant différents départements de la police pour qu’ils puissent apporter leur contribution pour contrôler au moins ce phénomène-là. C’est salutaire, mais c’est insuffisant.

Quelles sont les pistes potentielles qui pourraient amener à identifier les auteurs de ces actes ignobles et comprendre leur motivation ?

Les motifs de ce phénomène sont très divers et très variés. En Côte d’Ivoire on a connu des phénomènes comme ça, qui comportaient des motifs comme des vols d’organes et d’autres choses. Aujourd’hui nous avons, pour sûr, l’esclave des enfants, les violences sexuelles, le charlatanisme, la recherche d’argent facile, etc. C’est pourquoi je parle de spécialisation. Quelques parts, on devait pouvoir aujourd’hui commencer à collecter des informations analysées et suffisantes pour que tous puissent aller se sourcer là-bas pour comprendre les motifs de ce phénomène. C’est dans la dispersion des valeurs, des mœurs et de tout cela, dans cette quête de richesse, d’argent facile qu’il faut trouver la sève de ce phénomène.

Il y a urgence…

Si on n’endigue pas le phénomène, on va vers des meurtres en série ou une détérioration plus grande encore de nos valeurs. Nous irons vers une insécurité extrêmement forte. Tout est possible dans ce genre de situations.

Laisser un commentaire