Commémoration: Thomas Sankara, l’ancien homme fort du Fasso, la renaissance d’une icône africaine

Commémoration: Thomas Sankara, l'ancien homme fort du Fasso, la renaissance d’une icône africaine

Trente-trois ans après sa mort, l’ancien président du Burkina Faso fascine encore les Africains. Au centre de l’attention, la demande de vérité sur son assassinat dont les circonstances − et le rôle joué par la France − n’ont pas été entièrement éclaircies.

Il a suffi de trente secondes au graffeur Sié Palenfo pour faire son dessin au pochoir. Très vite, il range ses trois bombes de peinture, enfourche sa moto et repart dans un nuage de poussière rouge. Sur le mur qui borde un terrain vague dans le centre de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, l’œuvre du street artiste de 30 ans s’expose désormais à la vue de tous : un portrait de Thomas Sankara avec son sourire et son célèbre béret de capitaine. Le héros mythifié de toute une jeunesse africaine.

Avec son collectif Burkigraff, Sié veut « éveiller les consciences » à travers l’image de l’ancien président du Burkina Faso, assassiné à 37 ans, le 15 octobre 1987, par ses propres compagnons d’armes. Les jeunes Burkinabés n’ont pas vécu l’époque où ce révolutionnaire progressiste, influencé par le marxisme, a présidé pendant quatre ans aux destinées de l’ancienne Haute-Volta, qu’il a rebaptisée Burkina Faso, le « pays des hommes intègres ». Mais, plus de trois décennies après sa mort, les idées panafricaines et tiers-mondistes de cette icône qui roulait en R5 et s’habillait en Faso Dan Fani, l’habit traditionnel, sont plus vivantes que jamais.

Laisser un commentaire