Chronique : Walf, la tragédie des journalistes à l’école des trotskistes

Chronique : Walf, la tragédie

Le Sénégal avait cru s’être réveillé, ce matin, avec un scoop. Avec ce genre d’information choquante qui pousse le citoyen à honnir ses dirigeants et à ne plus avoir confiance aux institutions.

A en croire nos confrères de Walf, le ministre conseiller, Mor Ngom, l’un des plus proches du chef de l’Etat aurait, lors de la présentation de ses condoléances à la famille de notre confrère de DakarActu, dit que le chef de l’Etat lui aurait demandé de transmettre ses excuses à Serigne Diagne. Et à ses collaborateurs, arrêtés, par erreur, par les gendarmes de la section de recherches lors de l’interpellation de Barthélémy Diaz

A en croire le canard du Mollah de Khar Yallah, « Macky Sall ayant appris l’arrestation des journalistes est intervenu pour les faire libérer. » Si cette affirmation s’était vérifiée, elle ne pouvait que heurter la conscience collective des citoyens épris de justice que nous sommes. Et révolter tous ceux qui rêvent de voir notre pouvoir judiciaire se libérer de la sempiternelle ingérence de l’exécutif dans ses dossiers.

Au nom de quoi Macky Sall interviendrait-il, personnellement, pour faire libérer Sérigne Diagne et DakarActu alors même que les enquêteurs n’auraient pas eu le temps de commencer ne serait-ce qu’un début d’audition ?

Alors qu’on s’attendait à lire un succulent compte rendu-journalistique, le mélange des genres rédactionnels a vite fait de renseigner sur la qualité et les vraies motivations de l’auteur de l’article. Ce papier est fait à dessein. Il n’a d’objectif que de participer à une campagne de diabolisation du régime de Macky Sall. Et, par ricochet, faire croire qu’il y a des journalistes et des médias adoptés par le gouvernement tandis que d’autres, comme Walf, sont ostracisés.

Vu sous cet angle, Walf est en train de créer un précédent très dangereux dans la corporation. Comme les politiciens, des journalistes sont en train de faire dire aux gens des propos qu’ils n’ont jamais tenus. Et cela, dans le seul but d’affaiblir le régime, en sapant le moral des citoyens. Comme l’ont toujours fait les trotskistes. Et, certainement, préparer une opération de rapprochement -avec le régime- qui sera facturée à plusieurs millions de F CFA comme on l’a vécu après l’attaque du siège de Walf par des talibés de Mame Thierno Mbacké, sous le règne d’Abdoulaye Wade. Et cela, en sacrifiant s’il le faut la corporation et ses nombreux combats pour accéder à la reconnaissance de son utilité dans une démocratie en construction.

Longtemps considérés comme les « parents pauvres de la République », si les journalistes ont, aujourd’hui, atteint le stade de « partenaires privilégiés » au point que des politiques, de premier plan, sentent la nécessité, pour eux, de se montrer à leurs côtés à l’occasion d’événements heureux comme douloureux, cela doit être un gage de reconnaissance du travail de toute la corporation. Tous les journalistes devaient être fiers de ce ballet de personnalités remarqué au domicile des Diagne pour présenter ses condoléances à la famille de notre confrère de DakarActu. C’est d’autant plus honorant que c’est un journaliste de cette presse en ligne souvent taxée de non sérieuse qui est, ainsi, accompagné dans sa douleur.

Mais voila, l’histoire retiendra qu’en cette année 2018, le journal Walf a décidé non pas d’être un contre-pouvoir mais d’être tout simplement contre le pouvoir. Et, par ricochet, contre tous ceux qui ont été honorés par ce pouvoir honni par le Mollah de Khaar-Yallah. En usant et abusant de faits et dires imaginés ; s’il le faut. Parce que, contrairement à ce qui a été écrit par Walf, c’est à peine qu’ils sont arrivés à la section de recherche de Colobane que le Lt-Colonel Issa Diack a ordonné la remise immédiate de Sérigne Diagne et compagnie, en liberté. On était vers les coups de 20H00 voire 20h 30. Alors qu’au même moment, à en croire des sources proches du protocole présidentiel, « Macky Sall était à une réunion avec les enseignants. »

C’est après cette réunion qu’il a été informé de la brève interpellation de Sérigne Diagne et compagnie. Et de leur remise en liberté ; aussitôt qu’ils étaient arrivés à Colobane.

Contrairement à ce qui a été écrit par Walf, reçu par la famille Diagne, le ministre Mor Ngom a déclaré que « le président a été surpris d’apprendre que des journalistes auraient été, dans l’exercice de leurs fonctions, interpellés même brièvement. » Pour le president Macky Sall, sous son règne, aucun journaliste ne doit être, dans le cadre de son travail, en conflit avec le régime.

Aussi, Sérigne Diagne et compagnie, n’ayant rien à voir avec l’objet de l’interpellation de Barthélémy Diaz, ne pouvaient nullement être inquiétés pour des propos que le maire de Mermoz a tenus devant le palais de justice de Dakar avant de venir répondre à l’invitation de DakarActu.

A ce propos, venu à la rescousse de son fils, Jean Paul Diaz avait déclaré que « Barthélémy avait remarqué qu’il était suivi depuis son départ du tribunal. Ensuite il est parti chez lui avant d’aller rapidement à l’église pour ensuite aller répondre aux journalistes de DakarActu ».

A moins qu’on soit en Corée en du Nord, en quoi Sérigne Diagne pourrait-il être mêlé à un délit commis en son absence ?

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, dans son projet de stigmatisation, Walf a poussé le ridicule jusqu’à écrire que les présumés propos du ministre Mor Ngom auraient été rapportés par le journal Les Echos. Mais, puisque ce journal appartient à un homme qui sait encore écrire et parler, Cheikh Oumar Ndao a apporté les précisions suivantes : « les propos prêtés au journal les Echos selon lesquels le président de la République aurait ordonné la libération de Sérigne Diagne et de ses collaborateurs sont totalement inexacts, dénués de tout fondement et n’engagent que leur auteur. » Tout est dit.

 

2 Commentaires

  1. Macha Allah, très belle plume Babacar. En tout cas on peut tout te reprocher saux ta véracité et la clairvoyance qui te caractérisent à chaque fois que le pays traverse des situations difficiles. Ta plume fait régence et apaise. En te lisant on est fier de savoir que ce pays compte des journalistes qui ont su garder intact leur dignité. Merci beaucoup Kewoulo pour ce moment de vérité absolue.

Laisser un commentaire