Chronique: Guëm Sa Bop, jusqu’où ira le plagiat de Bougane Guèye Dany

Chronique: Guëm Sa Bop

Petit à petit, Bougane Guèye Dany tisse sa toile qu’il veut voir faire le tour du Sénégal. Sans tambour ni trompette, l’ancien journaliste du groupe Futurs médias veut se construire l’étoffe de l’homme du peuple. Celui-là qui partage nos peines et pleure, avec nous, dans nos deuils. Omniprésent ces derniers temps, visible partout où les politiques sont absents, le patron de D-Medias en est arrivé à semer le trouble dans la tête du public sur ses réelles intentions. Est ce qu’il veut se présenter à la prochaine présidentielle?

S’il a laissé le soin à des communicants -comme Cheikh Yerim Seck- de faire croire en ses capacités et intentions de vouloir briguer le suffrage de ses compatriotes, il s’est aussitôt précipité sur le moindre micro qui lui est tendu pour marteler qu’il n’est candidat à rien du tout. « Mon seul objectif, c’est de rappeler aux jeunes qu’ils doivent croire en eux-mêmes. Et arrêter de mourir en mer, en croyant que l’avenir c’est l’Europe« , martèle-t-il à tout bout de champ.

« Guëm Sa Bop« , «croire en soi» en Ouolof! Une philosophie toute simple. Une doctrine enseignée depuis la nuit des temps à la jeunesse sénégalaise pendant les périodes les plus sombres de l’histoire pour leur rappeler la noblesse de leur lignée mais aussi le prix de la liberté. S’il a été un concept universel, «Gëm Sa Bop» est devenu avec le temps la marque déposée d’un mouvement politique. La signature d’un groupe de citoyens dirigé par Maodo Malick Mbaye. C’est sa propriété et il n’a jamais été dit qu’il l’aurait cédé à Bougane Guèye. S’il n’arriverait à personne l’idée saugrenue de nommer son mouvement Jëf Jël -puisqu’il appartient à Talla Sylla-, Sopi -Abdoulaye Wade-, Rewmi -Idrissa Seck-, l’entêtement de Bougane Guèye Dany à vouloir appeler « Gëm sa Bop » son mouvement politique –ou citoyen, c’est selon- frise le ridicule. Et entache de l’encre de la tricherie le très beau message de la croyance en soi que le patron de D-Média prétend vouloir encrer dans la jeunesse.

« Gëm Sa Bop« , c’est d’abord se chercher, se trouver et s’affirmer à la face du monde. Imposer sa singularité et la revendiquer fièrement. Fermement. Mais, lorsque l’on s’approprie la création d’autrui, on est mal placé pour parler d’originalité, de fierté. De croyance en soi. Un élève qui croit en lui, en ses capacités intellectuelles, ne lorgne pas le cacher de son voisin. Et l’usage sans autorisation du nom « Gëm Sa Bop », par Bougane Guèye, n’a d’autre nom que le plagiat. La tricherie. Le vol.

Pour rappel, c’est le 2 février 2008 que l’ancien conseiller en communication de Youssou Ndour, Maodo Malick Mbaye, a créé son mouvement pour revendiquer sa singularité et accompagner son ami, Macky Sall, hors des lambris du palais. Et le récépissé de reconnaissance de ce mouvement a été délivré le 4 janvier 2011, par le tout-puissant ministre de l’intérieur, d’alors, Me Ousmane Ngom. Et, depuis ce jour, personne n’a contesté ni n’a cherché à s’approprier cette création originale. Comme il n’arriverait à personne la suicidaire idée de contester à Ousmane Sonko sa propriété du nom « Pastef », « Niak Jariniù » à Cheikh Sarr, Taxaw Temm à Ibrahima Fall, « Mom sa rew, Bok sa rew, Défar sa rew« , au docteur Majmouth Diop et « Car Lenéèn » à Amsatou Sow Sidibé.

Comme on le voit, s’il veut réellement être pris au sérieux et être en conformité avec ce discours de fierté qu’il a commencé à déclamer au soir du 31 décembre 2017, Bougane Guèye doit commencer à croire en lui-même. Et se créer un slogan propre à lui. Gëm Sa Bop, c’est refuser de tricher et de porter du tort à autrui.

Babacar Touré

Directeur de Publication de Kewoulo

PARTAGER
Article précédentRevue de presse Rfm du jeudi 12 Avril 2018 avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
Article suivantTfm : Le cambrioleur de youssou Ndour, L’ancien technicien de la Tfm condamné.
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire