Insuffisance rénale au Sénégal: 800 mille cas aigus et 20 mille en phase terminale

Insuffisance

Dénués de symptômes, les maladies de reins sont souvent identifiées très tardivement. Un tiers des insuffisants rénaux ne sont diagnostiqués qu’au stade terminal, au moment ou la dialyse s’impose en urgence. Au Sénégal, les chiffres avancés donne des « frissons » et sème l’inquiétude tant pour les populations que pour les autorités au national comme international.

Le Sénégal compterait 800 mille insuffisants rénaux qui s’ignorent, et 20 000 patients en phase terminale. Ces chiffres ont été dévoilés par le mouvement des insuffisants rénaux du Sénégal (Mirs) à l’occasion de la célébration de la journée mondiale du rein, ce jeudi. « Il y a 800 mille insuffisants rénaux aigus qui sont malades sans le savoir.

Ce sont des gens qui se promènent comme ça dans la rue alors qu’ils ignorent complètement qu’ils souffrent d’insuffisance rénale. Et c’est au moment de la crise que l’individu tombe dans la rue, on l’évacue à l’hôpital », alerte El Hadji Hamidou Diallo, président du Mouvement des insuffisants rénaux du Sénégal. D’ailleurs, note-t-il dans Walf Quotidien, 20 mille parmi ces patients sont en stade terminal.

Et aujourd’hui, seuls 900 personnes sont sous hémodialyse. Le reste fait de la péritonéale (type de dialyse qui a pour objectif d’éliminer les déchets tels que l’urée, la créatinine, l’excès de potassium ou de liquide que les reins ne parviennent pas ou plus épurer du plasma sanguin). Quid du coût des dialyses ? Gratuite dans le public, elle est de 65 mille francs la séance dans le privé au Sénégal, contre 5000 francs pour la dialyse subventionnée et 25 mille pour la dialyse non subventionnée, en Côte d’ivoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE