Chambre criminelle Dakar: 20 ans de Travaux forcés requis contre Mouhamadou Konaré et sa bande

Les nommés Mouhamadou Konaré alias Papis, Mohamed Al Amine Diagne alias Léo, Ousmane Konaré, Moussa Diallo alias Pécoss et Mbaye Diagne alias Préfet ont comparu à l’audience de la chambre criminelle du tribunal de grande instance (Tgi) de Dakar. Ils répondaient des faits d’association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage d’arme et de véhicule, usurpation de fonction, recel. Le parquet a requis 20 ans de réclusion criminelle.

 

Les faits pour lesquels les accusés ont comparu mercredi dernier à l’audience de la chambre criminelle se sont déroulés entre 2015 et 2016. Vingt-sept maisons ont été cambriolées entre décembre 2015 et avril 2016 dans les quartiers résidentiels de Dakar. Les accusés ont été appréhendés lorsque le nommé Alioune Badara Faye avait cité Mouhamadou Al Amine Diagne Diop alias Léo qui aurait remis, à titre de gage, un téléphone retrouvé entre les mains de sa promise Awa Bacary Niang.

Les éléments de la Division des investigations criminelles(Dic) avaient effectué une perquisition dans la chambre de Léo. Après les avoir identifiés, la Dic a procédé à l’arrestation des autres mis en cause. Leur modus operandi était simple. Les malfaiteurs se présentaient dans les maisons à cambrioler en se faisant passer tantôt pour des agents de la SDE ou de la Senelec et parfois pour des policiers.

La bande était composée du cerveau, Mouhamadou Konaré alias Papis, qui choisissait les maisons à cambrioler et fournissait la logistique. C’est-à-dire une voiture avec une fausse plaque d’immatriculation, un gyrophare, un marteau, des menottes, un testeur d’or. Après chaque coup, les malfrats se partageaient le butin. Généralement, ils se retrouvaient chacun avec un à deux millions de francs. Oumar Cissé, Moussa Diallo et Mbaye Samb étaient chargés de surveiller les domestiques trouvées sur place pendant que leurs acolytes dévalisaient les maisons.

Les accusés ont contesté les faits ainsi que la propriété du matériel de cambriolage trouvé lors des perquisitions effectuées à leurs domiciles. « Je suis une célébrité. Je suis honnête, je ne cherche jamais à nuire. Aucun responsable de maison ne peut jurer m’avoir vu sur les lieux », a soutenu Papis Konaté. S’étant connu lors de leur séjour carcéral en 1999 à Rebeuss, Mouhamadou Konaré et Mbaye Samb alias Préfet ont gardé le contact jusqu’en 2015. C’est cette année-là qu’ils ont commencé à cambrioler des maisons dans les quartiers résidentiels de Dakar.

Ils ont été perdus par les femmes de ménage des maisons visitées. Ils s’agit des dames Rokhaya Pouye, Gnilane Diouf, Rose Sène, Ramatoulaye Ouattara, Yama Ba, Aicha, Karamoko, Awa Diop et Yama Ba qui ont pu reconnaître les malfaiteurs qui se présentaient à bord d’un véhicule Toyota Avensis dans les maisons en l’absence de leurs patrons dans les quartiers résidentiels à Sacré-Cœur, Almadies, Ngor, Yoff, Mamelles, Ouakam et Hann-Maristes. Ces visiteurs particuliers se faisaient passer pour des agents de la SDE, de la Senelec ou des policiers avant d’accéder dans les chambres des propriétaires des lieux pour y dérober des tissus Geztner, des montres, des bijoux en or et des numéraires dont le total a été estimé à plus de 61 millions de francs.

La bande de Papis Konaré violentait, ligotait et malmenait les domestiques et les fils des propriétaires des maisons à cambrioler
Les malfaiteurs avaient cambriolé le 14 mars 2016 la maison de la dame Yaye Hindou Guèye à la Sicap Sacré-Cœur 3. Ils avaient emporté un Psp Vita de marque Sony, un téléphone Alcatel, une somme de 90.000 francs, 460 euros, des bijoux en or et plaqués, des parfums de classe et des tissus Geztner. En s’enfuyant à bord de leur voiture, et alors qu’ils étaient poursuivis, les malfaiteurs ont cogné une domestique à qui ils ont fracturé la jambe.

Moussa Diallo alias Pecoss et Mbaye Samb dit Préfet étaient chargés de surveiller les domestiques pendant que ses acolytes dévalisaient les maisons dans lesquelles ils se présentaient. Le conseil des parties civiles, Me Ousmane Soumaré, a réclamé 25 millions au nom de sa cliente Thina Diagne, victime du vol de plusieurs bijoux. Cheikh Tidiane Touré et son épouse ont réclamé 50 millions. Les dames Aminata Boye Cissé et Penda Diop ont demandé respectivement 15 et 50 millions.

Les conseils d’Aïssatou Sow, de Marie Sidibé et de Bachirou Diallo, eux, veulent se voir allouer les sommes respectives de 50, 35 et 70 millions. La dame Khadidiatou Ndiaye, qui dit avoir été suivie par les malfaiteurs à deux reprises de son lieu de travail à son domicile, réclame 30 millions F CFA. « C’était une bande de quatre personnes qui opérait dans les quartiers résidentiels. Elles agissaient en plein jour, elles se rendaient au domicile au moment où le maître des lieux était au travail. Les malfaiteurs se faisaient passer pour des inspecteurs de police ou de commissaires. Ils trouvaient les domestiques dans les maisons visitées, les ligotaient ou les isolaient dans un coin de la maison. Celui qui les surveillait était un homme de forte corpulence qui n’hésitait pas à violenter les domestiques. Pendant ce temps, la bande prenait tout ce qui est bijoux, appareils électroniques et objets de valeurs », a expliqué le maître des poursuites.

A l’en croire, les faits sont établis. Certaines domestiques ont été violentées et certains fils des victimes ont subi le même sort. Le vol est caractérisé. Les accusés opéraient ensemble et étaient munis d’armes, de menottes, de cartes professionnelles faisant état de leur profession. Ils se sont connus en prison avant de commettre leurs actes » a développé le procureur qui a requis une peine de 20 ans de réclusion criminelle contre les membres de la bande à Papis Konaté. Quant aux conseils de la défense, ils ont sollicité la clémence du juge et une application bienveillante de la loi pénale à leurs clients. L’affaire est mise en délibéré pour le 03 février prochain, rapporte Le Témoin.

Laisser un commentaire