Boffa Bayottes : Oumar Ampoï Bodian, le rebelle assumé, est passé devant le juge d’instruction

Boffa Bayottes : Oumar Ampoï Bodian

Le juge d’instruction, Augustin Diouf, a presque bouclé le premier tour des auditions des présumés coupables de la tuerie de Boffa Bayotte. Après Abdou Sané et Alassane Badji de Toubacouta, qui sont passés dans son cabinet le jeudi et le vendredi dernier, c’est au tour d’Oumar Ampoï Bodian de faire face au juge d’instruction. Et l’homme n’a rien perdu ni de son assurance ni de sa sérénité quand il s’agit de faire face à l’évidence. Il a encore assumé son appartenance au MFDC. Et nié sa connaissance du projet criminel de la tuerie de Boffa Bayotte.

Seul détenu à avoir revendiqué son appartenance au MFDC, Oumar Ampoï Bodian est passé hier devant le juge instructeur, Augustin Diouf. Il avait été arrêté le 20 janvier, soit deux semaines après la survenue des tueries du 6 janvier 2018. Militant reconnu du Pds, mouvement au sein duquel il avait gravit des échelons avec l’UJTL, la revendication par Ampoï Bodian de son appartenance au MFDC a été une grosse surprise pour sa famille d’abord. Et pour ses voisins, ensuite. Alors que rien ne l’avait jusque-là lié à la tuerie perpétrée dans la forêt des Bayottes, c’est son intervention médiatique qui a l’a placé dans le viseur des enquêteurs. « Il avait osé déclarer que le MFDC n’était, en rien, mêlé à cette tuerie alors même que l’enquête venait juste de démarrer. Et que tout le monde savait que seuls des combattants aguerris pouvaient commettre ces crimes.» Souffle-t-on de source judiciaire pour justifier son arrestation.

S’il n’y avait que cela qui a motivé son arrestation, on trouverait que c’est du léger. Mais, 24 heures après cette déclaration qui l’avait sorti de l’anonymat, Oumar Ampoï Bodian avait encore osé mettre l’Etat en garde, contre toute velléité de s’attaquer aux camps du MFDC. Il avait aussi déclaré que «les combattants étaient en état d’alerte et que la guerre allait reprendre si leurs bases étaient attaquées. Quand on fait ce genre de déclaration, sur une situation déjà tendue, ce ne sont pas les chefs d’accusation qui manqueront.» Alors que les membres du bureau politique du MFDC avaient fait profil bas, cette sortie d’Oumar Ampoï Bodian avait irrité l’Etat et obligé la gendarmerie à aller le cueillir. Interpellé le samedi 20 janvier 2018, il a été placé en détention à la maison d’arrêt et de correction de Ziguinchor avant d’être transféré à Dakar, au camp pénal puis à Reubeuss.

C’est le 25 décembre dernier, alors que le pays s’apprêtait à commémorer l’an 2 de cette tuerie de masse, que les 16 prisonniers dont Oumar Ampoï Bodian ont été ramenés à Ziguinchor. Alors qu’il n‘avait jamais rencontré de juge d’instruction et n’avait pas bénéficié de l’assistance d’un avocat pendant les deux années et 6 mois de détention, c’est ce lundi matin qu’il a été extrait de cellule et présenté au cabinet du juge d’instruction, Augustin Diouf.

«C’est ce matin seulement qu’on lui a présenté un avocat commis d’office, Me Gaoussou Bodian. Et, malgré l’impréparation, il a tenu à répondre aux questions du juge. » Soutient-on du côté de sa famille. Comme à l’enquête préliminaire de gendarmerie, s’il a nié être impliqué ou avoir eu connaissance des préparatifs de cette tuerie, Oumar Ampoï Bodian a, par contre, assumé être pleinement membre du bureau politique du MFDC. Aussi, à en croire des sources anonymes, «il a déclaré n’avoir jamais connu aucune des personnes arrêtées dans le cadre de cette enquête. C’est en prison qu’il a appris à les connaitre. Et rien ne le lie aux autres détenus qui ne sont nullement des membres du MFDC.»

Seul membre assumé du MFDC, Oumar Ampoï Bodian n’est pas un combattant et n’a jamais utilisé d’arme de sa vie. «Par contre, dans les scellés de sa perquisition, lors de son arrestation, c’est un ordinateur portable et deux téléphones qui ont été saisis. Et en interrogeant ces appareils, des photos en compagnie de César Atoute Badiate et d’autres combattants ont été découvertes. » Soutient-on de sources judiciaires. Demain, ce sera au tour de René Capain Bassène, le présumé « cerveau des tueries de Boffa Bayotte», de faire face au juge. Il sera assisté de Me Clédor Ciré Ly, l’un des ténors du barreau dakarois, et nouvel avocat de toutes les personnes interpellées dans l’enquête ouverte par la gendarmerie.

Avec DakarTimes

PARTAGER
Article précédentAbdou Karim Guèye sous perfusion, renseigne Guy Marius Sagna
Article suivantCovid-19 : Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye et Cie à l’Assemblée
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire