Belgique: Un cocktail de médicaments aurait poussé Diop à l’acte

    Hicham Diop

    Hicham Diop, l’homme qui a poignardé deux policiers à Schaerbeek la semaine dernière, aurait commis cet acte sous l’effet de médicaments, a déclaré lundi son avocat, Sébastien Courtoy, à RTL-TVi et à la RTBF.

    La chambre du conseil de Bruxelles a par ailleurs décidé de le maintenir en détention préventive, a confirmé l’avocate de l’inculpé, Me Aurélie-Anne De Vos. A RTL-TVi, l’avocat précise qu’Hicham Diop avait arrêté la compétition de boxe en 2011 à la suite d’une blessure. Il voulait remonter sur le ring pour subvenir aux besoins financiers de sa famille.

    Pour ce faire, son médecin lui aurait prescrit plusieurs médicaments comme de la testostérone, hormones de croissance, anabolisants, codéine et toute une série de psychotropes. « Ce cocktail lui a fait péter les plombs. »

    Détention provisoire prolongée
    La chambre du conseil de Bruxelles a décidé lundi le maintien en détention provisoire d’Hicham Diop, inculpé de tentative d’assassinat dans un contexte terroriste et de participation aux activités d’un groupe terroriste.

    Le ministère public avait requis le maintien en détention et la défense elle-même n’avait pas plaidé de remise en liberté sous conditions.

    Néanmoins, les avocats d’Hicham Diop, Me Aurélie-Anne De Vos et Me Sébastien Courtoy, ont déjà fait savoir que selon eux, l’attaque de leur client sur deux policiers n’était pas un acte terroriste. Il s’agirait d’une agression liée à des faits remontant à 2011 lorsque Hicham Diop avait été renversé par un véhicule de la police fédérale.

    Propos sur le terrorisme durant son interrogatoire
    Mercredi dernier, Hicham Diop, un ex-militaire de 43 ans, a agressé à Schaerbeek deux policiers à l’aide d’un couteau. L’un a été blessé au cou et l’autre dans la région abdominale mais leurs jours ne sont pas en danger.

    L’individu n’a pas émis de revendication lors de l’agression mais il a tenu des propos liés au terrorisme pendant son interrogatoire à la police judiciaire fédérale (PJF).

    Il est par ailleurs déjà connu des services de sécurité pour ses contacts avec les milieux extrémistes.

    Laisser un commentaire