Arrestation du colonel Kébé: On en sait un peu plus

Texte alternatif de la bannière

Moins de 24 heures après son interpellation par des gendarmes dépêchés à Saint Louis, on en sait un plus sur l’arrestation du colonel Abdourahim Kébé, patron de la défense de Rewmi, le parti de Idrissa Seck. Alors que le pays est sous la menace de troubles à l’ordre public et de possible insurrection due à une présidentielle lourde de conséquences, l’ancien attaché militaire du Sénégal à Washington a, dans sa volonté de contester les résultats publiés par la commission des votes, posté un message sur sa page Facebook.

Dans ce post, il contestait les résultats de l’élection présidentielle et appelait le peuple à s’opposer à la volonté de Macky Sall -soutenu par la France- de contester la volonté populaire en s’auto proclamant président élu au premier tour. Aussi, outré par le comportement d’Emmanuel Macron, le président de la République française, le colonel Abdourahim Kébé voudrait faire remarquer à la France que « le Sénégal n’était pas une République bananière » où Macky Sall pouvait faire ce que bon lui semblait.

Ces messages découverts par l’autorité ont poussé la Section de Recherches de la gendarmerie de Colobane a dépêcher une équipe au nord du pays, pour aller y cueillir l’ancien patron de la Division des Relations publiques de l’Armée, DIRPA. Entendu, un temps, à la brigade de recherches de Saint-Louis, il a été acheminé dans la soirée à Dakar où il est actuellement entendu sous le régime de la garde-à-vue.

Comme Karim Xrum Xax qui comparait aujourd’hui devant le tribunal des flagrants délits, et plus d’une dizaine d’autres membres de Rewmi, il est poursuivi pour les chefs d’incitation à la révolte, incitation à troubler l’ordre public. Si l’on en croit l’article 180 du code pénal, les personnes arrêtées dans le cadre d’appels non suivis à la révolte et à la désobéissance civile risquent entre 2 et 5 ans de prison.

Alors qu’il est attendu par l’opinion sur l’arrestation de ses supporters, Idrissa Seck a décidé de s’emmurer dans un silence lourd de conséquence pour ses fédayins. A en croire des sources proches du patron de Rewmi, après avoir discuté avec des émissaire du gouvernement et s’être rendu à cette fameuse audience de Touba, ce vendredi, Idrissa Seck se rendra en France. A l’hôtel Saint-James de Paris, il tentera d’oublier cet énième défaite qu’il vient de céder dans sa tentative de gouverner le Sénégal.

Laisser un commentaire