Après avoir vendu le terrain de son ami à 2.500.000 frs, Samba Sow oublie de lui reverser l’argent !

Le nommé Samba Sow a comparu hier à la barre de la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Dakar. Il lui est reproché d’avoir vendu un terrain de son ami Malick Sall à 2.500.000 francs. Sauf qu’il n’a pas remis l’argent au propriétaire du terrain. Désespérant de récupérer son argent, Malick Sall l’a traîné devant la justice et lui réclame 5.500.000 frs.                                                                      Le vieux Malick Sall avait reçu la visite de son ami Samba Sow, lequel avait trouvé un client pour son terrain qu’il voulait vendre. Samba Sow discute avec l’acquéreur et lui propose le terrain à 2.500 000 francs. s’étant entendus sur le prix, l’homme remet à Samba Sow la somme convenue. sauf que Samba Sow s’est abstenu de remettre l’argent au propriétaire du terrain. A la barre du tribunal de Grande instance de Dakar, la partie civile a donc soutenu que Samba Sow a abusé de sa confiance pour commettre ce forfait. « Il m’a déçu parce que j’avais trop confiance en lui. Mais bon, je laisse la justice faire son boulot » confie Malick Sall.

Quant au prévenu, il a prétendu détenir une partie de l’argent dans un compte et avoir utilisé le million restant pour une urgence tout en manifestant sa volonté de rembourser l’argent. « J’ai essayé de lui expliquer mon problème à plusieurs reprises, mais il n’a pas voulu m’écouter. sinon, on n’en arriverait pas là », s’est défendu le prévenu. Selon l’avocat de la partie civile, le prévenu est une personne de mauvaise foi car il n’a pas hésité une seule fois à planter un couteau dans le dos de son ami qui lui faisait confiance. « C’est la raison pour laquelle je vous demande, Mme la présidente, de lui faire une application de la loi et le contraindre à payer la somme de 5 millions pour tout le préjudice qu’il a fait subir à mon client », a plaidé l’avocat de la partie civile.

Dans sa plaidoirie, l’avocat de la défense demande à ce que son client soit renvoyé des fins de poursuite. « Depuis le début, jusqu’à la fin de la procédure, Samba Sow n’a jamais été animé par une mauvaise intention. Il y a juste eu une incompréhension entre le plaignant et lui, ce qui a abouti à une plainte que même la partie civile regrette », a soutenu l’avocat. Selon toujours le conseil du prévenu, son client est un vieux cultivateur qui s’est trompé en utilisant une partie de l’argent pour des problèmes personnels. L’avocat a donc invité le tribunal à renvoyer son client des fins de la poursuite car ce dernier est disposé à rembourser son argent au plaignant. En attendant, le vieux Samba Sow va devoir attendre la décision des juges qui ont mis a mis l’affaire en délibéré pour le 10 août prochain.

Le Témoin

Laisser un commentaire