Affaire Ousmane Sonko: La deuxième masseuse et le mari du propriétaire du salon “Sweet Beauté Spa” attendus mercredi par le juge d’instruction

La machine judiciaire est enclenchée. Le dossier de « viols répétés suivi de menaces de morts» concernant l’affaire qui oppose Ousmane Sonko à la masseuse Adji Raby Sarr va faire l’objet d’une instruction. A en croire des sources judiciaires, consultées par Kewoulo, le juge a envoyé, via la Section de Recherches de la Gendarmerie nationale, des convocations aux principaux témoins dans les accusations de viols. Et le rendez-vous est pris pour mercredi prochain dans le 8 ème cabinet du juge, Mamadou Seck.

Le juge d’instruction du 8ème cabinet a lancé la machine judiciaire. Après Adji Raby Sarr, l’accusatrice qui prétend avoir subi des “viols” répétés et des “menaces de mort avec armes à feu”, qui est actuellement dans son cabinet, depuis 10 heures ce matin, ce sera le tour des témoins de cette fameuse soirée d’être entendus par le magistrat instructeur. Et le redoutable face à face entre le magistrat et Ibrahima Coulibaly comme avec Aïssata Ba se feront le mercredi prochain. Alors qu’ils étaient les principaux témoins qui pouvaient confirmer ou infirmer la thèse de viol, avancée par Adji Raby Sarr, ces deux témoins avaient récusé les accusations. Pire, à l’enquête préliminaire, après avoir déclaré que «c’était la première fois» qu’elle voyait Ousmane Sonko physiquement, Aïssata Ba a soutenu que c’est elle qui était avec Adji Sarr à faire le massage du deuxième client de cette journée du 2 février: Ousmane Sonko.

Et, elle a juré n’avoir «rien entendu ni vu de louche» dans cette salle -qui ne se ferme d’ailleurs pas, comme l’a constaté Kewoulo- et n’être sortie de cette salle qu’à la fin du massage. Et cela, à la demande de Adji Sarr qu’elle continuait d’entendre discuter avec Ousmane Sonko. Pour rappel, Aïssata Ba est une vielle connaissance d’Adji Sarr qui l’a fait venir de son village. Et si elle a obtenu ce travail, c’est grâce à Adji Sarr à qui Ndèye Khady Ndiaye avait demandé de lui trouver une seconde masseuse. Et de ce fait, cette fille, qui doit tout à Adji Sarr, ne pouvait que obéir à ses ordres; même si elle soupçonnait sa bienfaitrice «de préparer quelque chose de louche.»

Alors que Adji Sarr était employée depuis plusieurs mois dans cet institut, Aïssata Ba dite Maman était là depuis, tout juste, une semaine. Si lors de sa première audition elle a déclaré n’avoir « rien entendu ni vu de louche» qui se serait passé entre Adji Sarr et Ousmane Sonko, lors de son second interrogatoire, Aïssata Ba a déclaré aux gendarmes que, pendant qu’elle attendait devant le bureau du gendarme enquêteur, Adji Sarr accompagné de Sidy Ahmeth Sarr étaient venus la voir pour lui demander “de prendre 100.000 F CFA et de couper son téléphone. Et disparaître.”

Comme elle, Ibrahima Coulibaly s’est dit surpris d’entendre toutes ces accusations à l’encontre d’Ousmane Sonko. Et, étant les principaux témoins des faits dénoncés, puisque la propriétaire de l’institut n’était pas sur place, ce sont les témoignages de ces personnes-là qui étaient capitaux dans ce dossier. Mais, comme on le voit, ils n’ont été bénéfiques qu’à Ousmane Sonko. A cela s’ajoute que, dans leurs conclusions, les hommes du commandant Abdou Mbengue, le patron de SR, ont écrit noir sur blanc que “des constations et audition, il apparaît un certain nombre de contradictions qu’il convient de relever. En effet, la plaignante Adji Sarr évoque dans sa plainte un message écrit par le mis en cause lui disant qu’il arrivait à l’institut de beauté. A la question de savoir si elle avait toujours le message, elle a répondu l’avoir supprimé.”

S’il n’y avait que cela de négatif dans le procès-verbal des gendarmes, il y aurait suffisamment de doutes pour faire écrouler tout le dossier d’accusation. Il se trouve, aussi,  que dans le fameux rapport médical, censé prouver l’existence de traces de viols sur la plaignante, il est clairement écrit que “l’examen médical effectué sur Adji Sar, le 03/02/2021 à 16 heures 15 minutes, ne retrouve pas de lésion vulvaire, déchirure ancienne de l’hymen 3H 7H et 11 H.” Preuve du manque de sérénité du médecin Alphousseyni Gaye, de l’HOGGY, qui a établi ce fameux rapport, il a écrit que des “parlements ont été faits en vus des tests ADN”. Certainement un clin à l’Assemblée nationale, qui demain, doit cautionner cette forfaiture lourde de conséquence pour la stabilité du pays.

Laisser un commentaire