Affaire Mangara: Le procureur requiert 2 ans de prison contre Mamadou Ndiaye de Dakarposte

Affaire Mangara: Le procureur requiert 2 ans de prison contre Mamadou

Le tribunal correctionnel de Dakar vient de lever ses audiences du jour. Evénement principal de la journée, à l’agenda de la salle 3 du palais de justice de Dakar, l’affaire Ndèye Maty Fall Mangara contre Mamadou Ndiaye de Dakarposte a été appelée à la barre. Et le procureur a requis 2 ans de prison et 500.000 F CFA d’amende à l’encontre du prévenu.

Vêtu de « sabador » marron, le journaliste à l’origine d’une série d’articles diffamatoires à l’encontre de l’épouse du ministre du budget est entré, en anonyme, dans la salle. Appelé devant le prétoire, il s’est avancé à pas décidé. Et a fait face au tribunal. Comme lui, Mme Mangara, vêtue d’une longue robe noire et blanche est venue à la barre. Et après les préliminaires d’usage, elle a déclaré avoir saisi le tribunal pour que son accusateur apporte, publiquement, les preuves des nombreuses accusations portées à son encontre. « J’ai été accusée d’adultère, insultée par cet homme. Et je voudrais qu’il apporte les preuves de ses allégations« , a déclaré Mme Mangara. Et lorsque le président du tribunal lui a demandé si elle ne voulait pas autre chose, elle a répondu par la négative. Le décor étant planté, le président s’est tourné vers Mamadou Ndiaye pour lui demander s’il connaissait la dame à ses côtés. Mais, à la surprise générale, le « journaliste d’investigation » a osé dire qu’il n’avait jamais rencontré Ndèye Maty Fall. Et il ne la reconnaissait pas. Réponse suffisante pour que le président du tribunal lui demande d’expliquer comment en est-il arrivé à porter d’aussi graves accusations à l’endroit d’une personne qu’il soutient ne pas connaître.

 

« Je ne connais pas Mme Mangara, je ne l’avais jamais vue », Mamadou Ndiaye

 

Contrairement à ce qu’il avait soutenu, en de nombreuses reprises, Mamadou Ndiaye a déclaré devant le tribunal avoir appris « l’adultère de Mme Mangara par le canal d’autres sites internet comme Senego, Jotay.net… » Et puisque lui, le patron de Dakarposte, n’est pas le premier à en parler sur son site, il ne comprenait pas pourquoi, parmi tous, il soit le seul cité à comparaître. Pour lui, l’information était déjà en circulation dans tout Dakar. Et lui n’a fait que la traiter « comme tout bon journaliste, amateur de sensationnel. » Pour le prévenu, il n’avait juste fait que son « devoir d’informer. » Et, à en croire ses explications fournies devant la barre, il n’avait « aucune intention de nuire à Ndèye Maty Fall » qu’il ne connaissait d’ailleurs pas. Pour lui, c’est suite à des enquêtes qu’il aurait appris l’inconduite de Mme Mangara. Et, il détiendrait des preuves de ses allégations.

Et comme l’avait révélé Kewoulo -il y a plusieurs mois-, ce sont des captures d’images de conversation WhatsApp que le mis en cause a présenté au tribunal pour montrer sa bonne foi. Sur la dite capture on y voit un échange salace entre un homme et une femme qui parlent de leur intimité. Mais, manque de chance pour lui, si le président n’est pas un amateur du Net, le procureur lui est un adepte du 2.0. Et il se trouve que juste avant de venir dans la salle, le procureur avait visionné la fameuse vidéo postée par un compatriote qui démontrait comment, avec WhatsPrank, on pouvait créer une discussion entre deux personnes. Et leur faire dire ce qu’on veut, alors qu’on ne les avait jamais vus.

 

« Est-ce que tu aurais publié ces mêmes insanités sur ta mère, ta soeur ou ta femme », demande le juge

 

Interrogé sur la provenance de cette fameuse capture WhatsApp, Mamadou Ndiaye s’est prévalu de son droit de « protection de la source du journaliste. » « Vous savez, en tant que journaliste je ne peux pas révéler ma source« , a dit d’une voix hésitante celui à qui le président du tribunal venait, juste, de demander en quoi la vie privée de Mme Mangara intéressait le public. « C’est du sensationnel, c’est ça qui intéresse nos lecteurs. C’est pourquoi tout le monde se met dessus« , a balbutié le prévenu qui était pressé qu’on évacue cette question.

Face à l’intransigeance du président pour connaitre l’utilité, pour le public, de savoir la vie privée de l’épouse du ministre du budget, Mamadou Ndiaye a déclaré que « puisque Mme Mangara est célèbre, sa vie privée intéresse les Sénégalais. » « Faux, rétorque le président, c’est vous qui l’avez rendue célèbre par vos articles. C’est vous qui l’avez sortie de l’anonymat en publiant ses photos dans le net. » Comprenant qu’il était en mauvaises postures, le prévenu a tenté de corriger sa maladresse en soutenant: « puisque c’est la femme du ministre, quand on écrit sur elle ça attire les gens. On gagne des clics. »

« Mme Mangara est une anonyme, c’est vous qui l’avez rendue célèbre », a déclaré le président du tribunal

 

Comprenant la légèreté de la défense de ce kamikaze 2.0 qui criait sur tous les toits détenir des preuves irréfutables, le président du tribunal lui a demandé s’il aurait publié le même article s’il mettait en cause sa mère, sa femme ou sa soeur. Alors que toute la salle s’attendait à ce qu’il prône crânement l’impartialité qui devait guider le travail du journaliste, Mamadou Ndiaye a baissé la tête. Et, d’une voix à peine audible, il a répondu « non » en joignant un geste de tête à ce mot qui en dit long sur sa personnalité. Choqué par cette réponse qui prouve la mauvaise foi de celui qui voulait se présenter comme le chantre du journalisme, le président du tribunal n’a pas manqué de lui répéter: « cette femme-là, c’est l’épouse de quelqu’un, c’est la mère de quelqu’un, c’est la soeur de quelqu’un, c’est la fille de quelqu’un« .

Face à ce comportement inacceptable pour celui qui se prévaut des qualités de journaliste, le procureur a requis 2 ans de prison dont 6 mois ferme. Pour le maitre des poursuites, Mamadou Ndiaye n’a jamais pu présenter la moindre preuve de ses allégations -preuves qui, au titre de l’article 626 du code de procédure pénale, sont irrecevables lorsqu’elles cherchent à confirmer des dires ayant trait à la vie privée d’une personne. Pour le parquet, Mamadou Ndiaye doit, à cet effet, être condamné à payer des dommages et intérêts de 500 milles F CFA. L’affaire est renvoyée en délibéré le 18 janvier prochain.

 

Laisser un commentaire