Seine-Saint-Denis : les policiers «ripoux» de Stains en conseil de discipline

Seine-Saint-Denis : les policiers «ripoux» de Stains

Quatre policiers de Stains avaient franchi la ligne jaune en 2015. Soupçonnés d’avoir racketté des dealers du quartier Clos-Saint-Lazare, ils passent actuellement en conseil de discipline. L’un d’eux a déjà quitté la police.

Les premières sanctions disciplinaires vont commencer à tomber pour les policiers de l’ancienne BAC (brigade anticriminalité) de Stains (Seine-Saint-Denis). Depuis le 29 novembre, le sort de quatre de ces fonctionnaires aux méthodes peu orthodoxes est examiné devant le conseil de discipline de la préfecture de police. En mars 2015, ils avaient été mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec un trafic de stupéfiants pour l’un, et faux en écritures pour les trois autres. Ils sont soupçonnés d’avoir racketté des dealers du Clos-Saint-Lazare, un quartier de Stains.

L’instance administrative se penche aussi sur le cas de huit autres fonctionnaires de Stains qui n’auraient pas eu un comportement irréprochable dans ce dossier. Des demandes de révocations ont été demandées. Le volet judiciaire est toujours en cours.

Cette affaire retentissante remonte au printemps 2015. Le 23 mars, cinq policiers de la BAC sont interpellés. L’inspection générale de la police nationale (IGPN) met en lumière les pratiques douteuses du service entre 2013 et 2014. Elle démontre que cette équipe dédiée aux affaires de stupéfiants avait pris de grandes libertés. On l’avait surnommée la BAC «fashion» en raison de son goût prononcé pour les vêtements de marque.

Les dérapages étaient tels «qu’un an avant les arrestations, la BAC de Stains avait été dissoute et les policiers réaffectés dans d’autres services du commissariat», explique une source proche du dossier. Quatre fonctionnaires avaient été suspendus, le cinquième étant mis hors de cause. L’un d’eux a quitté la police depuis, les autres attendent le verdict de la justice et de leur hiérarchie.

La BAC «habillait» les procédures

Pour démanteler les trafics de stups à Stains, la BAC «habillait» les procédures. En résumé, elle fabriquait de fausses justifications pour effectuer des perquisitions. Les policiers déboulaient au domicile des dealeurs «à la mexicaine», sans habilitation légale. Au cours de ces descentes sauvages, les policiers se seraient servis en stupéfiants et en espèces. L’auteur principal, surnommé «Stifler», 36 ans, dont une dizaine d’années de BAC, est suspecté d’avoir dérobé 10 000 euros dans une camionnette partie en fourrière, d’avoir «nettoyé» l’arme d’un trafiquant pour en faire disparaître des empreintes. Ce malfaiteur aurait été «l’indic» du policier.

Stifler reconnaîtra avoir monté des «habillages». Il justifiait ces méthodes par de bons résultats judiciaires. C’est ce que plaidera Me Marie-Hélène Fabiani, son avocate. «Mon client a refait sa vie. La police est très loin derrière lui. Certes, il s’est comporté comme un cow-boy, mais c’est par excès de zèle. Il arrêtait les trafiquants, recevait des médailles pour cela. C’était la culture du résultat». Elle fait aussi le procès de l’institution. «C’est un bouc émissaire. Les méthodes qu’il employait étaient connues de tous et sont encore en vigueur».

Me Daniel Merchat défend un policier de 26 ans. Il abonde dans ce sens : «Ce groupe était en liaison permanente avec le chef de service (NDLR, le commissaire de l’époque) et il les a toujours encouragés. On les a envoyés en première ligne et il n’y avait personne pour les arrêter».

Le Raincy : le préfet demande la suspension des policiers « Le préfet de police a demandé la suspension des trois fonctionnaires du Raincy et leur renvoi devant un conseil de discipline », indique ce jeudi la préfecture de police de Paris. Lundi dernier trois policiers de la BAC (brigade anticriminalité) du Raincy avaient été placés en garde à vue dans les locaux parisiens de l’IGPN (police des polices). Ils ont été remis en liberté et l’enquête se poursuit. Ils sont soupçonnés d’avoir commis un vol dans l’appartement d’une personne retrouvée décédée le 23 novembre.Plusieurs milliers d’euros auraient disparu du domicile du défunt, à Villemomble. Les agents étaient venus constater le décès. Mais en inspectant l’appartement, ils seraient tombés sur une forte somme d’argent. Une source évoque 10 000 € en liquide. Faute d’avoir retrouvé l’argent, ce montant est toujours hypothétique. Le pot aux roses a été dénoncé par un policier. Il aurait indiqué que l’un de ses collègues lui avait glissé des billets dans la poche. De plus, le lendemain de la découverte du corps, une tentative d’effraction a été constatée.

N.R.

Laisser un commentaire