Affaire Cheikh Niass: Pour être arrivé après 18 heures, le cimetière de Cambérène refuse l’accès au corps de Cheikh Niass

C’est ce matin, à 10 heures, qu’aura lieu à Cambérène l’enterrement de Mame Cheikh Niass, ce compatriote revenu de France pour participer au Maagal de Touba et qui s’est retrouvé en maille à partir avec un agent verbalisateur du commissariat de Wakhiname Nimzatt qui a décidé de lui confisquer son permis de conduire; parce qu’il était en défaut de carte grise et conduisait sans attestation d’assurance.

Choqué de voir le policier lui tourner le dos après avoir confisqué son permis de conduire, Mame Cheikh Niass avait décidé de filmer l’agent verbalisateur qui avait refusé de lui donner son numéro de matricule. Ensuite, un échange d’incivilité avait opposé les deux hommes puisque “le policier n’a pas aimé être filmé par un citoyen, alors qu’il faisait son travail.” Invité à venir s’expliquer au commissariat, Cheikh Niass n’a rien trouvé de troublant à accompagner le policier au poste. Mais, une fois sur place, puisque au Sénégal -et certainement dans de nombreux pays frileux de fragiliser l’autorité des policiers- la parole de l’agent assermenté fait foi, Cheikh Niass a été placé en garde à vue pour “outrage à agent” et “collecte illicite de données personnelles.”

Après 24 heures passées en garde à vue, l’émigré a été présenté au au parquet le vendredi 24 septembre, placé sous mandat de dépôt par le Procureur de la République de Pikine-Guédiéwaye et envoyé en détention à la prison du Cap Manuel où il devait passer “sa quarantaine” de 15 jours pour vérifier qu’il n’était pas porteur du virus de la Covid-19. Après cette phase de “la quarantaine”, les détenus sont dispatchés dans les prisons du Sénégal; s’ils ne sont pas tout simplement jugés et libérés au cours des nombreuses audiences en flagrants délits. “C’est au Cap Manuel que les choses se sont compliquées et nous avons été obligés de le conduire au pavillon spécial de l’hopital Aristide Le Dantec. Ensuite, il est décédé le mardi 28 septembre.” Ont fait savoir à Kéwoulo des sources médicales.

Ensuite, le lieutenant de police Ahmeth Bachir Ndiaye, chef du commissariat de Wakhiname Nimzatt, que tout le monde accuse d’avoir fait arrêter un citoyen pour un motif aussi léger que “filmer un policier dans l’exercice de son travail“, a été relevé de ses fonctions pendant que l’administration pénitentiaire, elle, se lavait à grande eau d’avoir exercé la moindre torture sur le détenu Cheikh Niass. Face à cette situation, l’opinion, prête à identifier un responsable à châtier, comptait sur les résultats de l’autopsie pour légitimer son combat contre “l’injustice des puissants.” Mais, les résultats tombés hier soir ont laissé plus d’un sur sa soif; même s’ils sont accablants, pour l’Etat qui n’a pas su sauver la vie de Cheikh Niass: la non assistance de personne en danger alors que Cheikh Niass se trouvait dans le commissariat où il a été clairement dit qu’il réclamait des médicaments et que les policiers non seulement ne lui ont rien donné mais ont continué à empêcher son fils de  venir s’enquérir de la situation du père.

Le parquet aussi n’est pas exempt de tout reproche, puisqu’il a décidé, malgré que l’homme qui lui a été présenté soit en de mauvaise postures, de le placer sous mandat de dépôt pour une infraction aussi banale que “l’outrage  agent.” Enfin, si l’administration pénitentiaire a tenté de sauver la face hideuse de l’Etat, les médecins de l’hopital Aristide Le Dantec n’ont pas, eux aussi, été  la hauteur du professionnalisme. Alors que l’homme a passé 4 jours entre leurs mains, il est inconcevable, qu’en cette période de pandémie où l’acte premier de tout agent de santé est de suspecter une infection de Covid 19 sur tous les patients qui se présentent dans leur service, que personne n’ait détecté la positivité de Cheikh Niass au virus SARS-CoV-2.

Parce que ce n’est qu’hier et après une forte indignation populaire que les médecins, requis pour l’autopsie, ont conclu que le patient Cheikh Niass est décédé d’«une infection à virus Sarcov2 ou Covid-19 avec une atteinte pulmonaire massive sur un terrain de diabète décomposé avec acide actose». Et ils ont poursuivi que sur le plan physique, il a été noté une «absence de stigmates de tortures physiques». C’est, forts de cette conclusion que les parents de Cheikh Niass se sont présentés, hier, à Cambérène pour enterrer leur mort. “Mais, avec toutes les procédures que nous avions à faire, nous sommes arrivés au delà de 18 heures et le gardien nous a fait savoir que l’heure était dépassée et que nous devions revenir ce matin. Finalement, c’est ce matin que nous allons enterrer Cheikh Niass.” A déclaré Moussa Thiam, l’oncle de Cheikh Niass.

Laisser un commentaire