Affaire Cheikh Gadiaga : Les troublantes révélations de Gaston Mbengue

Affaire Cheikh Gadiaga : Les troublantes révélations de Gaston Mbengue

Soupçonné d’être derrière Cheikh Gadiaga, arrêté en même temps que Moise Rampino, pour chantage présumé contre des personnalités publiques, l’ancien promoteur Gaston Mbengue se défend. Il ne nie pas son implication dans cette affaire, mais limite son rôle à celui de «sauveur» d’amis et de frères plongés dans la détresse du fait de prétendus journalistes. Il s’est confié au journal Enquête dans un entretien dont Seneweb vous propose de larges extraits.

«Je n’aime pas l’injustice. C’est pourquoi j’ai fermé le site et le journal Jour J que j’avais moi-même créés. Je ne peux pas accepter de recruter des journalistes qui font chanter d’honnêtes citoyens. Sur la tête de mes enfants, si ce que je dis est contraire à la vérité, je prie de ne jamais voir Serigne Touba. Je ne sais même pas où se trouve le site en question. Je ne l’ai pas, non plus, paramétré sur mon téléphone. Par contre, on m’envoyait des liens.

Dans le bureau du ministre Amadou Bâ…

«Quant à Cheikh Gadiaga, je l’ai connu récemment, il n’y a même pas deux mois. Il avait toujours cherché à me voir, mais j’ai refusé. Quand il a écrit sur Amadou Bâ, il m’a envoyé le lien. Cela fait deux mois et demi. Je l’ai rencontré à Terrou-Bi pour lui dire que ce qu’il fait n’est pas bien. Et que ces personnes ne lui ont rien fait. Il a répondu qu’il détenait des dossiers qu’il a traités, mais qu’il était prêt à laisser Amadou Bâ en paix grâce à moi.

Il disait qu’il m’estimait et qu’il n’écrirait pas sur mes amis. (…) J’ai appelé Amadou Bâ pour lui dire qu’il ne peut pas traiter avec des imbéciles puisqu’il est un homme d’État. C’est moi qui l’ai emmené voir le ministre. Devant lui, il (Cheikh Gadiaga) a dit qu’il n’a même pas fait l’école et qu’on lui a donné des dossiers. J’ai informé Amadou qu’il ne le fera plus jamais.

Les soupçons de Cheikh Bâ

«Par la suite, il a écrit sur Cheikh Bâ (directeur général des Impôts et Domaines). Ce dernier m’avait alors appelé pour me dire que je suis son grand, qu’il a entendu quelque chose et qu’il voulait me rencontrer, mais il devait se rendre à Paris. Je lui ai dit non, il faut qu’on se voie avant qu’il ne parte. C’était vendredi dernier.

La nuit, je me suis rendu à son bureau. Il m’a dit qu’on lui a rapporté que c’est moi qui suis derrière les articles (du site incriminé). Je lui ai dit qu’en tant que responsable, il ne pouvait se contenter de cela. Je lui ai dit que si j’ai été à l’origine, que Dieu ait mon âme. (…) J’ai dit à Cheikh de se méfier des gens qui passaient pour le mettre en mal avec des tierces personnes. Ce sont eux-mêmes les journalistes qui sont à l’origine de ces deals et qui viennent après vous raconter des histoires.

J’ai appelé Cheikh Gadiaga séance tenante et lui ai dit que je suis avec Cheikh Bâ. Devant ce dernier, il a affirmé qu’il a retiré l’article le concernant. Je lui ai dit que puisqu’il a retiré l’article, c’est bien.

Ils (Cheikh Bâ et ses proches) avaient même commencé à soupçonner Mamour Diallo (Dg des Domaines) d’en être l’instigateur. Je leur ai dit que Mamour est mon frère, il ne peut pas être à l’origine de ces actes. L’histoire m’a donné raison parce que le site de Cheikh Gadiaga s’est finalement attaqué à Mamour Diallo.

«C’est la faute des journalistes»

«Quand on a écrit sur Mamadou Mamour Diallo, c’est moi qui l’ai appelé. Je lui a demandé s’il a vu l’article. Il a répondu que oui. Je lui ai dit : (‘ce garçon, il faut lui casser la g…’). Si quelqu’un me fat certaines choses, je le tue ou bien je vais en découdre avec lui. On ne doit même pas se contenter de l’arrêter. On doit le tuer.

(Un jour) je suis passé chez Aziz Ndiaye, qui est mon neveu, et j’ai trouvé là-bas plein de gens. Avec Cheikh Gadiaga, on s’est vu à peine. (…) Tout ça, c’est la faute des journalistes. Comment peut-on permettre à un analphabète de créer un site internet et d’exercer la profession de journaliste ? (…)

Par contre, je ne suis pas au courant qu’il a reçu de l’argent de certaines autorités. Je ne suis pas du tout mêlé à cette affaire. J’ai juste voulu aider des amis, d’honnêtes citoyens.»

Laisser un commentaire