Procès Mangara : Le palpitant échange entre le président du tribunal, le procureur et Mamadou Ndiaye de Dakarposte

Procès de madame Mangara : le journaliste Mamadou Ndiaye

Mamadou Ndiaye, DakarPoste

La salle 3 de la chambre correctionnelle de Dakar a offert, ce 21 décembre 2017, un extraordinaire cours magistral de journalisme. Aux professionnels de l’information comme aux contribuables venus écouter le tribunal.  A l’ordre du jour, les juges se sont penchés sur le différend opposant Mamadou Ndiaye, le directeur de publications de Dakarposte à Mme Ndèye Maty Fall, l’épouse du ministre Birima Mangara…Ce fut un palpitant moment de vérité pendant lequel des mots terribles ont été dits.

Le journaliste qui a, depuis toujours, déclaré n’avoir connu ni d’Adam ni d’Eve Mme Mangara, Ndèye Maty Fall, a eu l’occasion de se retrouver côte à côte avec celle qu’il n’a de cesse de vilipender ; à chaque fois que l’occasion lui a été offerte de griffonner des lignes sur son site. A l’audience de ce jeudi 21 décembre 2017, Mamadou Ndiaye, qui ne comprend pas « l’acharnement de Mme Mangara » à vouloir vaille que vaille le traîner devant la barre, alors que d’autres ont écrit la même chose que lui, et avant lui, a dit qu’il n’avait « aucune intention de nuire à la dame » qu’il avait, pourtant, copieusement insultée et calomniée à longueur de parutions.

Dès l’entame du procès, celui qui disait avoir « procédé à des enquêtes, filatures et investigations pour surprendre Mme Mangara dans un appartement avec son copain -que bizarrement le ministre a pardonné- avant de le laisser filer » (sic) a mis de l’eau dans son vin. Contrairement à ses précédentes déclarations -articles et émission Teuss avec Ahmeth Aidara-, Mamadou Ndiaye qui jurait avoir des preuves irréfutables, a maintenant prétendu, devant le tribunal, avoir lu tout ce qu’il a écrit sur des sites internet. Donc, pas d’exclusivité dont il a revendiqué la paternité. Rien de nouveau, alors, sous le soleil.

« Si vous regardez bien, j’ai commencé mon article en disant « contrairement à ce qui a été dit... », cela veut dire que d’autres sites, avant moi, ont dit et écrit des choses. Moi, c’est le 7 octobre que j’ai écrit; alors que d’autres comme Jotay et Senego avaient écrit la même chose depuis le 6 octobre« , a déclaré Mamadou Ndiaye devant la barre. 

« Mamadou Ndiaye a déclaré être sorti du CESTI »

Si, lui, le patron de Dakarposte s’est permis d’écrire ces « insanités » sur Mme Mangara, il pense que « c’est (son) rôle de journaliste de divulguer l’information à la population qui ne s’intéresse qu’aux faits divers relevant du people. » A cet effet, Mamadou Ndiaye s’est dit ébahi de devoir comparaître seul au tribunal. Etonné par la légèreté des réponses fournies par le prévenu, le président du tribunal a demandé à Mamadou Ndiaye s’il aurait eu la même attitude et le même empressement -puisqu’il a reconnu n’avoir jamais contacté Ndèye Maty Fall pour confronter son scoop- à écrire ce genre d’article si ça concernait sa mère, sa sœur, sa femme ou sa fille. « Non ! », a répondu Mamadou Ndiaye qui ne savait pas que par cette réponse, il venait de donner, au procureur, le bâton avec lequel il devait être battu.

Le maître des poursuites n’a pas boudé ce plaisir lorsque son tour est arrivé d’interroger le prévenu: « De quelle école êtes-vous sorti, Monsieur Ndiaye ? » Sans hésiter, Mamadou Ndiaye qui n’a jamais fait aucune école de journalisme, déclare cranement être sorti du CESTI, la prestigieuse école qui forme les journalistes au Sénégal.

Comme si cet énième mensonge lui brulait la langue, le prévenu a continué : « ensuite, j’ai été à l’office, à Lissa Magazine ! » avant de se taire. « Monsieur Ndiaye, si dans vos écoles de journalisme d’investigation, c’est enquêter sur la vie privée des gens qu’on vous apprend, et bien moi, que Dieu m’en garde de ce métier ! », lui a balancé le procureur visiblement pressé de le mettre à nu devant la barre.

« Mme Mangara était une femme célèbre dont les photos étaient dans Google », dixit Mamadou Ndiaye

Remis du choc causé par la réponse de ce prévenu très spécial, le procureur est revenu à la charge : « alors, vous dites que Mme Mangara a eu à entretenir des relations adultères avec un gigolo ? Aujourd’hui, vous êtes devant un tribunal, sur quoi exactement vous fondez-vous pour dire de telles accusations ?».

Et avant que Mamadou Ndiaye n’ouvre la bouche, le maître des poursuites enchaîne : « Je vous rappelle, depuis tout à l’heure, je vous entends dire que vous n’êtes pas le seul à relater ces faits. Ce que vous dites-là ne nous intéresse pas. L’essentiel est ce que vous avez soutenu. Que X ou Y puisse le dire et qu’ils ne soient pas traduits devant le tribunal, ne nous intéresse pas. Que mille personnes puissent le dire a peu d’importance. Vous êtes journaliste. Vous êtes censé recouper des faits avérés pour faire de telles affirmations, de telles allégations ».

Confondu par cette remarque à laquelle il ne s’attendait pas, Mamadou Ndiaye baisse le regard, balbutie, cherche ses mots et murmure : « comme je l’ai dit, j’ai eu comme preuve des SMS ». Sentant sa proie en mauvaise posture, le procureur assène : « Donc, c’est sur la base de ces seuls SMS que vous avez dit que Ndèye Maty Fall a eu à entretenir des relations avec son interlocuteur ? » D’une voix à peine audible, Mamadou Ndiaye se lâche : « oui ».

« Ce sont donc ces faux SMS qui vous servent de preuves », demande le procureur

Le procureur :« Ne vous a -t-on pas appris dans vos écoles de journalisme de ne jamais dire des choses que vous ne pourrez pas justifier. Tout à l’heure, le président vous a demandé : « est-ce que c’est ça l’objet du divorce ? », vous n’avez pas produit de jugement de divorce où on serait tenté de voir, effectivement, que monsieur X, époux de telle a eu à divorcer d’elle pour tel motif. Ce que vous avez écrit n’existe pas dans le dossier de divorce que nous avons là. Vous dites que vous êtes journaliste-d‘investigation. Le journaliste est quelqu’un qui doit informer, juste et vrai, ses concitoyens. »

Alors que la salle était plongée dans un silence assourdissant et que le public se devait d’analyser les derniers mots prononcés par le maître des poursuites, le procureur est revenu à la charge : « Maintenant, en quoi le fait qu’une personne puisse entretenir une relation avec X ou Y peut être une information qui peut être portée à la connaissance des autres ? Quel est l’intérêt qui fait que cette information puisse être utile à la population. A supposer que cette information est avérée, qu’est-ce que ça peut apporter à la population

« Ce que vous faites là est tout sauf du journalisme », a déclaré le procureur

Désarçonné par cette question, Mamadou Ndiaye baisse à nouveau la tête et marmonne : “vous savez, c’est une information People, c’est du sensationnel. C’est ça qui intéresse le public. On gagne des clics en donnant des informations comme ça. C’est une femme célèbre. Son mari est un homme public« , déclare Mamadou Ndiaye qui est aussitôt interrompu par le président. « En quoi cette dame est célèbre ? Dites plutôt que c’est vous qui l’avez rendue célèbre par vos articles et vos enregistrements. C’est vous qui l’avez rendue célèbre en publiant ses photos sur le net, au mépris de son droit à l’image !« , s’est époumoné le président du tribunal.

« Non, vous savez…heueuuuuu, ses photos étaient déjà sur le net. Elle …travaille dans une banque. Il suffit juste de taper son nom dans Google et ses photos apparaissent« , se défend Mamadou Ndiaye. « C’est lui qui y a mis mes photos » s’empresse de préciser Mme Mangara, aussitôt, reprise par ses avocats pour lui demander de ne pas parler sans y être invitée par le tribunal.

« Que sa photo soit disponible sur internet ou pas ne vous donne pas le droit de les diffuser sans son consentement. Cela ne vous donne pas le droit de les mettre dans un article insultant que vous n’avez pas pris la peine de vérifier auprès d’elle. Et même si ces informations étaient vraies, puisqu’elles relèvent de la vie d’une personne, vous n’avez pas le droit d’en parler monsieur Ndiaye. Vous n’avez pas le droit ! » a déclaré, martial, le président du tribunal.

« C’est lui qui a mis mes photos dans internet« , Mme Mangara Ndèye Maty Fall

Face à ce déluge de désapprobation, Mamadou Ndiaye jette un coup d’œil à son avocat, Me Ousseynou Gaye, comme s’il avait besoin d’aide pour continuer à encaisser les coups. « C’est honteux pour vous, Mamadou Ndiaye, de vous réclamer journaliste », assène le procureur.

Après s’être assuré que sa sentence est bien entendue, le procureur -qui était debout et face au prétoire tout le temps de son réquisitoire-, fait face au tribunal et dit : « Monsieur le président, j’ai mal. J’ai mal quand j’ai entendu le prévenu, répondant à une de vos questions, dire que si c’était sa mère, sa sœur ou sa femme, il n’aurait pas publié cet article. Cela veut dire que cet homme ne fait pas du journalisme. Parce qu’un journaliste n’aurait fait aucune discrimination dans le traitement de l’information : si l’intérêt du public avait motivé sa démarche. On peut le qualifier de tout ce qu’on veut. Mais, ce que le prévenu a fait n’est pas du journalisme. »

Alors qu’il est, presque de coutume depuis un certain temps- que le parquetier ne requiert pas de peine de prison ferme à l’encontre d’un journaliste, dans des affaires de diffamation, tout en laissant au tribunal le soin d’apprécier la sentence qui reste à sa discrétion, le procureur de la République a, dans ce procès Mamadou Ndiaye, demandé au tribunal de ne pas laisser cet acte délictuel impuni.

« Pour cela, Monsieur le président, je vous demande de reconnaître le prévenu coupable du délit de diffamation. Et de le condamner à une peine de 2 ans de prison ; dont 6 mois ferme. Et de le condamner à payer des dommages et intérêts de 500.000 FCFA« , a conclu le procureur qui n’a pas manqué de remercier, au passage, les députés qui ont refusé de voter la dépénalisation des délits de presse. Le verdict sera rendu le 18 janvier prochain.

 

Laisser un commentaire