Affaire Boffa-Bayotte : La Cour suprême statue sur la demande de liberté provisoire de René Capin Bassène et Cie ce jeudi

La Chambre criminelle de la Cour suprême va se pencher ce jeudi sur l’affaire dite du massacre de Boffa-Bayotte. La haute cour de justice saisie par l’avocat de la défense, Me Ciré Clédor Ly, va statuer sur la demande de liberté provisoire du journaliste René Capin Bassène et Cie.

Le juge d’instruction qui avait rejeté la demande de mise en liberté et qui a été suivi par la chambre d’accusation avait soulevé des raisons bien précises, a rappelé le journal Les Echos.

René Capin Bassène est le présumé commanditaire de la tuerie de Boffa-Bayotte, un village du Sénégal situé en Basse-Casamance. Son avocat, Me Ciré Clédor Ly, a soulevé, dans sa demande de liberté provisoire, la présomption d’innocence et les dénégations de ses clients

Le 6 janvier 2018, 14 bûcherons ont été tués dans la forêt de Boffa-Bayotte en Casamance. Une attaque qui a fait «14 morts constatés et 7 blessés et trois personnes qui réussiront à s’échapper indemnes ». L’enquête ouverte à la suite de ce drame et les premières auditions effectuaient ont révélé que « les victimes sont tombées dans une embuscade. »

Les personnes inculpées, au nombre de 25, sont poursuivies pour quatre (4) chefs d’inculpation « association de malfaiteurs, assassinat, participation à un mouvement insurrectionnel et détention d’armes à feu sans autorisation ».

Laisser un commentaire