40 millions FCfa volés de la trésorerie du Groupe Futurs Medias

40 millions FCfa volés de la trésorerie du

0

Que se passe-t-il au groupe futurs médias ? En tout cas les cas de vol se suivent et se ressemblent dans cette entreprise de la star planétaire Youssou Ndour.

Dans la nuit du Lundi au Mardi, pas moins de 40 millions de FCFA ont été emportés par des voleurs. Plongeant ainsi les travailleurs dans un sentiment profond de désespoir. Et le groupe dans un profond malaise. Déjà, la Brigade de Recherche a été saisie pour tirer au clair cette affaire.

C’est ainsi que des employés ont été entendus par les pandores. Mais du côté des travailleurs, l’on commence à avoir des doutes sérieux sur la volonté de leurs dirigeants de faire la lumière sur ces multiples cas de vol. Ils se demandent pourquoi, depuis le déménagement de l’administration aux Almadies les cas de vol ne cessent de se multiplier.

En effet, expliquent-ils, en l’espace d’un an, pas moins de 130 millions ont été frauduleusement soustraits des caisses de l’entreprise. Lors de leur premier forfait, les malfaiteurs avaient emporté un butin de 60 millions francs Cfa. Ensuite, 30 millions ont été dérobés du coffre-fort de l’entreprise.

Certains travailleurs du Gfm interrogés par «EnQuête», se disent d’autant plus exaspérés qu’à chaque fois, des enquêtes ont été ouvertes, mais jamais les résultats ne sont portés à leur connaissance. Ils pensent être les principales victimes de ces multiples vols. Selon eux, leurs dirigeants ne cessent de leur demander de serrer la ceinture, car la boîte traverse des difficultés financières énormes.

«Depuis quelques années, les recrutements sont bloqués, surtout du côté du journal « L’Observateur », les ordres de mission restreints. Pendant ce temps, des voleurs s’accaparent des fruits de notre dur labour», confie un journaliste du groupe sous le couvert de l’anonymat. Notre interlocuteur de rappeler qu’une vingtaine d’agents cités dans une affaire récente de vol ont été licenciés avant d’être repris un par un.

Quoi qu’il en soit, certains employés de Youssou Ndour soutiennent que les malfrats ne sont pas des inconnus de la boîte. «Ils maitrisent bien les lieux, puisque avant d’accomplir leur forfait avant-hier, ils ont éteint toutes les caméras de surveillance. Trop, c’est trop», confie un autre journaliste de la Tfm qui, au passage, appelle «leurs représentants syndicaux à jouer leurs rôles en défendant les intérêts des salariés».

Contacté par « EnQuête », un membre de la direction du groupe, qui a requis l’anonymat, soutient que «les autorités du Gfm ne vont ménager aucun effort pour élucider ces histoires de vol qui commencent à prendre de l’ampleur». Affaire à suivre…

( source Enquête )

Laisser un commentaire