Vote sur le parrainage : « Une minorité a voulu imposer sa loi à la majorité », Macky Sall

    Vote sur le parrainage : "Une minorité a voulu

    Le chef de l’Etat a soutenu, hier, devant ses militants à Paris que l’adoption de la loi sur le parrainage va mettre fin à l’anarchie dans l’espace politique. Selon Macky Sall, il fallait prendre le devant pour éviter le blocage du système électoral. Raillant ses adversaires, le président Sall se rejouit du fait que le « peuple dans sa majorité a déjoué la manipulation de l’opposition », nous renseigne le quotidien L’As.

    Depuis Paris où il séjourne le président Sall se réjouit du projet de loi sur le parrainage et s’est félicité en ces termes : « L’Assemblée nationale saisie par le Gouvernement a voté la loi portant révision constitutionnelle qui a pour vocation de prévenir les risques de blocage de notre système électoral tel que que nous avions failli l’être le 30 juillet à l’occasion des élections législatives« . Il rappelle que le Sénégal compte environ 300 partis.

    Et déjà sur le bureau du ministre de l’intérieur, il y a une vingtaine de demandes d’agréments, « Cela veut dire que si rien n’est fait d’ici à l’élection à venir, nous allons nous retrouver  avec 500 partis politiques. C’est devenu de l’anarchie. Et cette anarchie, si elle n’est pas jugulée, elle va entrainer le blocage du système électoral. Déjà qu’on s’est retrouvé avec une quarantaine de listes lors des dernières élections législatives. Donc, cela finirait par tuer la démocratie« , lâche-t-il dans les colonnes du quotidien.

    Devant ses militants, il pense que « l’opposition est une minorité qui veut imposer sa loi à la majorité. Cela ne peut pas marcher dans aucune démocratie ». Par ailleurs, concernant le nombre de signatures des candidats, la majorité a diminué le pourcentage de 1% à un intervalle de 0,8% à 1% au maximum. Et ajoute « Nous n’avons pas l’ambition d’éliminer qui que ce soit. D’ailleurs, nous n’avons pas cette possibilité parce que ce ne sont pas les partis ni le gouvernement qui gèrent le processus de dépôt des candidatures, mais plutôt le Conseil Constitutionnel ».

    Laisser un commentaire