Urgent: Kilifeu de Y’en à marre et des dizaines de prestataires de la Senelec arrêtés

Kilifeu de Y’en à marre est en état d’arrestation. Interpellé il y a quelques minutes par la police, l’activiste membre de Y’en à marre se trouve actuellement en position de gardé à vue au commissariat central de Kaolack. Son arrestation fait suite à sa participation à une marche pacifique organisée dans la capitale du Saloum par des prestataires de la Sénélec.

La marche pacifique des prestataires de la Senelec organisée à Kaolack, dans la ville du directeur général de la Sénélec, est en train de tourner à la chasse aux sorcières. Commencée à 10 heures, cette marche qui a vu la participation de Kilifeu de Y’en a marre et de quelques activistes venus soutenir les prestataires a fini en eau de boudin. A l’origine des troubles se trouve l’intervention du commissaire de police de Kaolack qui comptait empêcher les prestataires de faire leur marche. Après avoir sommé les manifestants de faire leur démonstration, le chef local de la police a ordonné ses hommes d’arreter les personnes vétues des tee shirts de l’amicale.

“Certains ont été arrêtés au rond-point de Médina Baaye. D’autres, dans la rue en train de marcher calmement.” Ont soutenu à Kéwoulo des sources locales. Avant d’en arriver à ces arrestations, le préfet de Kaolack s’était dit défavorable à cette marche nationale que comptait organiser l’amicale des prestataires de la Sénélec, dans la ville du patron de la société nationale d’électricité. Et si, au début, l’autorité locale avait fait savoir qu’“une manifestation devait être organisée par Pape Demba Bitèye et qu’en conséquence des troubles à l’ordre public risquait de voir le jour“, le préfet a fini par faire entendre qu’il ne voulait, tout simplement, pas de cette marche à Kaolack.

Informés de cette situation, Kilifeu et Y’en à marre étaient entrés en contact avec l’administrateur civil et ils lui avaient fait savoir leur ferme volonté de braver son interdiction de marcher. Et pour empêcher ces manifestants d’exercer leur droit constitutionnel -qu’est la marche-, le préfet a envoyé des policiers arrêter tout le monde. “Au total, ce sont presque une vingtaine de personnes qui est arrêtée et gardée à vue entre le commissariat central et celui de Ndorong.” Ont fait savoir des sources judiciaires. Pour rappel, ces personnes, qui travaillent pour la Sénélec depuis 5 voire 10 ans, réclament de meilleures conditions de vie et de travail. Toute chose que Pape Demba Bitèye ne veut pas leur accorder.

PARTAGER
Article précédentSociété: Le Coud ne compte pas laisser faire les “saboteurs” qui cassent le bien des étudiants
Article suivantSuicide d’un complice de boy Djinné : Seydi Gassama pointe la «responsabilité de la police»
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire