Urgent: Pour avoir « injurié » Boun Abdallah Dionn, Karim Xrum Xak vient d’être déféré au parquet

Urgent: pour avoir injurié

Texte alternatif de la bannière

Il y a du nouveau dans l’affaire de Abdou Karim Guèye, l’activiste plus connu sous le nom de Karim Xrum Xak. Après 24 heures de garde-à-vue dans les locaux du commissariat central de Dakar, il vient d’arriver au tribunal de Grande Instance de Dakar pour être présenté au procureur de la République.

Abdou Karim Guèye en a fini avec le régime de la garde à vue. Après 24 heures de mis à disposition des enquêteurs de la Sureté Urbaine, il a été remis à la Cave du parquet pour sa présentation devant les magistrats. Interpellé ce lundi, vers 7 heures du matin alors que, depuis la place de l’Indépendance, il appelait les Sénégalais à le rejoindre pour s’opposer au plan du régime de « confisquer la volonté populaire », il est poursuivi pour « incitation à la révolte » populaire. En clair, via son Live Facebook, les policiers, qui ont agi sur ordre du procureur de la République, croient savoir que l’activiste, Karim Xrum Xak, appelait le peuple à se révolter contre l’autorité de l’Etat.

Aussi, le maître des poursuites croit avoir décelé dans le discours révolutionnaire de Abdou Karim Guèye des injures publiques adressées à Mouhamadou Boun Abdallah Dionn, le premier ministre et directeur de campagne de Macky Sall, le président sortant et candidat à sa propre succession. A l’origine des courroux de l’activiste se trouve l’irresponsable déclaration du Premier ministre tendant à faire accepter, à l’opinion, l’idée incongrue que son champion, Macky Sall, serait passé au premier tour de l’élection, avec un score de 57%.

Alors que cette annonce, faite le soir de dépouillement, avait plongé le pays dans l’effroi, l’artiste avait jugé nécessaire de lui porter l’estocade, en appelant ouvertement le peuple à s’opposer « à cette forfaiture. »  Mais, c’est cette réplique médiatisée qui a intéressé le parquetier en chef et valu à Karim Xrum Xak son interpellation en direct. Ensuite, il a été conduit devant le patron de la Sûreté urbaine. Entendu sous le régime de la garde à vue, l’activiste vient d’être présenté au patron du ministère public. Assisté de Me Sow, Abdou Karim Guèye fera, dans les heures qui suivent, face à son destin: soit c’est la liberté, même conditionnelle. Ou bien ce sera la détention provisoire, les magistrats étant très généreux dans la distribution des mandats dépôts.

En moins de 24 heures, celui qui disait vouloir rester à la place de l’indépendance jusqu’à l’annonce, par le gouvernement, de l’organisation d’un second tour de cette élection présidentielle risque d’assister, passif, à la fermeture de cette page historique du règne monotone de Macky Sall. Et peut être à l’ouverture d’une seconde et époustouflante vie qu’une bonne partie du peuple lui dénie.

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire