Urgent: « Les gendarmes ont usé de la torture pour faire avouer les détenus de l’affaire de « Boffa Bayotte »

Urgent: "Les gendarmes ont usé

L’audition du présumé cerveau de la tuerie de Boffa Bayotte continue de plus belle. Démarré à 9 heures, ce matin, l’interrogatoire de René Capain Bassène se déroule toujours dans le cabinet du juge d’instruction, Augustin Diouf. Avant de regagner le cabinet du juge, c’est profitant d’une pause que l’avocat a fait lâcher une bombe qui lève un coin de voile sur le dossier des présumés tueurs de Boffa Bayotte. Il a fait savoir que c’est par les torture que les gendarmes ont réussi à faire aux suspects ce qu’ils voulaient entendre. Une révélation qui donne un autre sens aux méthodes d’enquête.

A en croire Me Clédor Ciré Ly, l’avocat qui défend les accusés, les gendarmes enquêteurs qui étaient sous les ordres du Lt Colonel Issa Diack ont usé de la torture pour extorquer des aveux aux « coupables ». Et cette accusation, portée par René Capain comme par ses camarades, sonne comme un désaveu pour la gendarmerie qui avait crié tous les toits avoir réussi à arrêter des « coupables. » Aussi, celui qui est présenté comme « le cerveau de la tuerie de Boffa Bayotte » n’a pas trahi sa réputation de débatteur coriace. Alors que de lourdes charges pèsent sur lui, il a tenu à répondre point par point à toutes les questions du juge.

Présent tout au long du processus aux cotés de son client, Me Clédor Ciré Ly a fait savoir qu’il a de bon espoir de la suite puisque René Capain Bassène ne s’est, malgré la gravité des chefs d’accusation portés à son encontre, départi de sa sérénité. Alors qu’il croule déjà sous de nombreux chefs d’accusations dont « l’assassinat en réunion », « l’association de malfaiteurs », « la participation à un mouvement subversif », René Capain Bassène s’est vu être, aussi, inculpé de « sortie irrégulière de correspondance. » En clair, le juge d’instruction, Augustin Diouf, lui a notifié une nouvelle charge; parce qu’il aurait sorti des lettres sans les avoir soumis au contrôle de l’administration pénitentiaire.

Laisser un commentaire