Un an après son décès, la dépouille de Tshisekedi n’est pas rentrée au Congo

Un an après son décès, la dépouille de

Voici un an ce 1er février que l’opposant congolais Etienne Tshisekedi est mort. Un décès qui est survenu à Bruxelles. Faute d’accord entre l’UDPS et le gouvernement à Kinshasa, le corps de Tshisekedi est toujours dans un funérarium à Bruxelles.

Pour le camp Tshisekedi à Bruxelles, la priorité n°1 est le rapatriement en RDC du corps de l’ancien Premier ministre. C’est là qu’il doit être enterré, dans la concession familiale à N’Sele, dans la banlieue de Kinshasa. Et le temps est compté. La famille a déjà déboursé quelque 16 000 euros pour le maintien du corps dans un funérarium de la capitale belge.

Mitch Katumba, président UDPS à Bruxelles, a multiplié les démarches auprès du gouvernement belge, auprès des autorités françaises et européennes, pour faciliter le retour de la dépouille au pays. En vain, pour le moment : « Kabila, il ne doit pas avoir peur, ce n’est pas le corps de Tshisekedi qui va l’enlever du pouvoir. Il n’est pas question qu’on puisse enterrer Tshisekedi à l’extérieur, Tshisekedi sera enterré au Congo, et à Kinshasa. Nous allons nous arranger pour mettre le corps dans l’avion et puis partir. On est Africains, et on est Bantous.  Il y a des coutumes, nous avons nos mœurs. Une veuve ne peut pas rester comme cela pendant une année, on n’a pas enterré son mari… Elle est là, elle dort par terre, elle souffre, elle est malade. »

La famille Tshisekedi devrait participer à une veillée funéraire organisée ce jeudi après-midi à Bruxelles, avant une messe de requiem qui sera donnée samedi dans une église bruxelloise.

 

Auteur: Joana Hostein – RFI

Laisser un commentaire