Ugb: des enseignants préconisent une année blanche pour sauver les étudiants

Ugb:Certains enseignents estiment que seul l'année blanche qui peut sauver les étudiants

L’Ufr des Sciences juridiques et Politiques de l’université Gaston Berger de Saint-Louis, ne pourra pas faire une programmation des cours pour l’année académique 2017-2018, selon le directeur de l’Ufr. L’Université a été laissée à elle-même  et, une année blanche ne peut pas être évitée puisque le retard dans le démarrage des cours dans certaines UFR ne peut plus être rattrapé.

Depuis quelques années, l’Université Gaston Berger de Saint-Louis fait face à des grèves récurrentes. Si ce ne sont pas les étudiants, les professeurs prennent la relève affirme Mbissane Ngome. Il poursuit que l’université « accuse du retard. »

« Notre Ufr a fait un diagnostic sans complaisance de la situation, au terme duquel nous avons estimé plus judicieux d’arrêter les cours et de reprendre au mois d’octobre. L’Université a commencé à accuser des retards depuis 2012. Nous avons cumulé ce retard immense et quels que soient les mécanismes mis en œuvres dans certains Ufr, on a perdu une année« , dit-il.

« Les étudiants de L1 n’ont eu que 6 semaines de cours au titre de l’année 2017-2018. Ils ont eu le bac en juillet 2017. Ces étudiants n’ont pas terminé leur premier semestre. Ils n’ont même pas fait la moitié du premier semestre. Leurs camarades qui sont dans le privé ou à l’étranger ont bouclé une année. En mai 2019, ils auront fini la seconde année« , confie-t-il dans les colonnes du journal l’As.

Pourtant, le Pr Ngom ignore si le conseil va revenir sur sa décision ou pas. « En l’état actuel des choses, il n’y a pas d’élément nouveau. Ensuite, une année académique n’est pas compressible, car il y a des exigences. Il faut faire huit séances de travaux dirigés, deux pour organiser les examens et la correction des copies, mais ce n’est pas une banale affaire. Il y a des conformités à vérifier, mais nous sommes en train de voir comment réduire ce temps« , soutient le juriste avant d’ajouter que le nombre d’enseignants est insuffisant.

Laisser un commentaire