Au Tchad, le président Déby rencontre le chef de l’opposition Saleh Kebzabo

Au Tchad, le président Idriss Déby a rencontré son principal opposant Saleh Kebzabo. Cela faisait six ans que les deux hommes n’avaient pas eu d’entretien.

Saleh Kebzabo a été reçu ce mercredi à sa demande pendant plus de deux heures. Une rencontre « franche et cordiale » indique la présidence. Saleh Kebzabo assure qu’il a pu évoquer de nombreuses questions, mais l’opposant ne changera pas pour autant de stratégie politique.

Pour la première fois depuis plus de six ans, le président Idriss deby et son principal opposant Saleh Kebzabo se sont parlés en tête-à-tête. L’audience a eu lieu mercredi 16 mai au palais présidentiel, à la demande du chef de file de l’opposition. Elle a duré 2h30. « De nombreuses questions ont été evoquées », expliquait hier l’opposant : la perpective des législatives, les problèmes des partis politiques et des libertés. Cet entretien inédit suscite en tout cas beaucoup de questionnements au sein de la classe politique.

Au début du mois, Saleh Kebzabo qualifait l’adoption de la IVe République de « coup d’Etat constitutionnel » : « le président Idriss Deby Itno a définitivement franchi le Rubicon », affirmait-il. C’est le même Saleh Kebzabo qui a demandé une audience au chef de l’Etat, évoquant « un échange républicain, prévu par la loi », démentant tout changement de stratégie de sa part. Ses convictions sont les mêmes.

Mahamat Zène Bada Abbas, secrétaire général du parti au pouvoir le MPS, estime néanmoins que cette demande d’audience « est une reconnaissance de fait de la légitimité des institutions ». « Le coup d’Etat constitutionnel, c’est fini », se réjouit-il. En acceptant de recevoir son principal opposant, Idriss Déby fait « un coup politique », analyse Mahamat Zène Bada Abbas.

Du côté de l’opposition, un des principaux responsables qui ne veut pas être cité pour le moment, se déclare quant à lui surpris. Il regrette de ne pas avoir été informé de la démarche : « nous boycotté le forum, déclaré l’Assemblée nationale illégale et illégitime, le président Déby devait se sentir à l’étroit. Il avait besoin de lâcher du lest, notamment vis à vis des partenaires du Tchad. »

Toujours selon cet opposant, Saleh Kebzabo en profite pour apparaitre comme un interlocuteur privilégié du pouvoir, ce faisant il prend le risque de diviser l’opposition. « Nous n’avons pas intérêt à tomber dans ce piège », dit-il.

Laisser un commentaire