Système Sanitaire : « Ce que l’Etat doit faire pour être au même niveau que la Tunisie, le Maroc »

Système Sanitaire : « Ce que l’Etat doit faire pour être au même niveau que la Tunisie, le Maroc »

La médecine est une profession libérale comme les notaires, les avocats et autres. Ce  que l’Etat doit faire pour qu’on soit au même niveau  que les Tunisiens, Marocains et autres…c’est d’ouvrir des centres privés avec un accompagnement des jeunes médecins.  Si devant chaque centre hospitalier, l’Etat ouvrait un Centre privé et accompagnait les jeunes médecins pendant cinq ans  le problème de la santé serait réglé définitivement selon le docteur Abdou Kane Diop.

 Le médecin répondant de la clinique Cardio de Dakar estime qu’il n’y a pas assez de médecins au Sénégal. Il n’y a aucune spécialisation qui  a suffisamment de médecins, on est encore loin du nombre escompté. S’y ajoute que le peu de médecins dont  dispose le  Sénégal ne restent pas tous au pays. On en perd une grande partie parce qu’ils vont ailleurs, pensant qu’ils vont gagner plus ou même trouver le travail qui n’existe pas toujours chez-nous. Malgré le déficit, et la fuite des cerveaux, le taux de chômage chez les médecins est encore élevé.

Pourtant, le docteur Abdou Kane Diop, médecin répondant de la clinique Cardio de Dakar estime qu’un médecin ne doit pas chômer. « Un médecin ne peut pas chômer. Un médecin qui est  au chômage  ne veut pas travailler.  C’est mon avis. Il n’y a pas que l’État. Moi je suis directement parti vers le privé. J’étais interne on m’a demandé d’attendre. Je disais que je ne suis pas programmé pour être au chômage. Je n’ai jamais intégré ce mot dans ma tête.  C’est un problème d’État d’esprit et d’esprit entreprenariat »répond-il catégorique. A l’en croire, on doit revenir sur l’environnement qui n’est pas souvent facile, les banques n’accompagnent pas. « C’est donc la politique de santé qu’il faut revoir » dit-il.

Les médecins du public passent beaucoup plus de temps dans le privé, les jeunes ne trouvent pas de place. Les structures publiques ne s’en sortent souvent pas avec cette pratique et cela ne laisse pas assez de place pour les jeunes. Ceci n’est pas l’avis du docteur Diop : « Il y a encore des places, je vous ai dit qu’il n y a pas assez de médecins dans les structures publiques.  Il ne faut pas confondre les hôpitaux comme Fann, Dantec,  Principal et ce qui se passe dans les régions. Là-bas on a souvent un médecin et son adjoint . C’est d’ailleurs pourquoi il y a chaque fois des accidents. Un seul gynécologue qui  draine toute une région. Il consulte, opère, fait tout. A un  moment, il est fatigué. On va l’appeler, on dira qu’il n’est pas là parce qu’il n’en peut plus. On est largement très loin du compte ».

Laisser un commentaire