Spécial Vaudou: Au Mali, Satan murmure à l’oreille des hommes et femmes politiques

Spécial Vaudou: Au Mali, Satan murmure à

0

Pour l’état civil, il est Daouda Yattara, né vers 1982, à Markala, dans la région de Ségou. Mais pour le commun des Maliens, il est « Satan », le plus grand féticheur du pays, aussi puissant que le diable lui-même.

Un sobriquet qui ne déplaît pas à Yattara, bien au contraire. Il l’a inscrit en rouge sang sur le mur d’enceinte de sa maison, gravé en lettres d’or sur sa Mercedes 500… Et pour ceux qui n’auraient pas bien compris, il répète à l’envi : « Si Dieu est en haut, moi, je suis ici ! »

Fils d’agriculteurs, ce féticheur soutient qu’il est né avec ses pouvoirs. Et que dès l’adolescence il est parti en apprentissage chez des féticheurs maliens et guinéens. Puis il s’est installé à son compte, il y a une quinzaine d’années. C’est avec une grande fierté qu’il présente son dernier trophée, un fétiche vaudou vieux d’une centaine d’années, offert par les grands prêtres de Ouidah, au Bénin.

À Sitanèbougou (« le village de Satan », en bambara), sa résidence située dans le quartier populaire de Sébénikoro, à l’ouest de Bamako, le bureau de consultation ouvre trois jours par semaine. Les visites commencent dès les premières heures de la journée.

Mais, depuis quelque temps, les compétences du féticheur se sont étendues à un domaine qu’il dit détester : la politique. « Je n’en ferai jamais, déclare-t-il. Parce que la politique, c’est le mensonge. » Il n’empêche qu’il accepte volontiers de consulter les fétiches, « quand il sent quelque chose de bien chez quelqu’un », explique Étienne Dembélé, l’un de ses assistants. Députés, chefs de parti, ministres, directeurs d’administration…

Ils se dépouillent volontiers de leur titre – et de leur prestige – pour se soumettre aux exigences du sorcier. « Ils viennent de partout, ajoute Étienne Dembélé. Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Gabon, Cameroun… » « Je reçois des chefs de guerre aussi, confie Yattara. Ils viennent se préparer pour les combats. »

Bagues d’invisibilité et invincibilité aux balles sont les demandes les plus fréquentes. Des « traitements » pour lesquels il vaut mieux s’installer quelque temps chez le féticheur, dont la maison d’un étage a suffisamment de place pour accueillir une quinzaine de « patients ».

Sur demande des fétiches, boeufs, boucs, poulets ou chiens sont immolés au cours de cérémonies parfois spectaculaires. Demandent-ils des sacrifices humains ? « J’ai plus d’une soixantaine de fétiches, dont certains sont très vieux, élude Yattara. Et puis, ce ne sont pas des choses dont on parle au téléphone… » Hors de question non plus d’obtenir des noms. « C’est l’un des grands principes de mon métier, ne jamais livrer les secrets des gens, déclare-t-il. Ils me connaissent, je les connais, ça suffit ! »

En mars 2012 cependant, la presse sénégalaise avait largement commenté son séjour à Dakar, entre les deux tours de la présidentielle. Le féticheur, lui, se contente de dire qu’il se rend souvent dans la capitale sénégalaise, « où il compte beaucoup d’amis ».

Combien coûtent ses services ? « Rien. Il suffit de faire un don, en fonction de ses possibilités », dit-il, en précisant toutefois qu’il ne vaut mieux pas le rétribuer en deçà de ses moyens financiers. « Je peux toujours annuler mon travail… »

Pas de tarifs fixes, donc. Mais s’il suffisait d’évaluer la puissance d’un marabout à son train de vie, Daouda Yattara serait sans aucun doute le meilleur. Son parc automobile compte une demi-douzaine de voitures. Fin juin, il terminera la construction du premier étage de Sitanèbougou, sa résidence principale, tandis qu’une deuxième maison est en cours de construction quelque part à Bamako. Et bien qu’il refuse de dresser une liste complète de ses biens, Yattara avoue qu’il n’a pas à se plaindre : « Une chose est sûre : aujourd’hui, je peux vivre sans travailler jusqu’à ma mort. »

 

Laisser un commentaire