Pour s’opposer à des travaux autorisés par le gouvernement à Ouakam: Blondin Diop dégaine son arme et procède à des tirs de sommation pour menacer les jeunes

POUR S’OPPOSER A DES TRAVAUX AUTORISES PAR

0
12

1 mois de prison assorti du sursis, c’est la réquisition du procureur à l’encontre du prévenu Blondin Diop, qui comparaissait pour les infractions d’opposition à la confection de travaux autorisés par le gouvernement, menaces de mort, violences et voies de fait et détention d’arme sans autorisation. Il sera fixé sur son sort le 8 juin 2017.

Le secrétaire général de l’Asecna à Ouakam Blondin Diop risque 1 mois de prison assorti du sursis. Il comparaissait hier devant le tribunal des flagrants délits pour les infractions d’opposition à des travaux autorisés par le gouvernement, menaces de mort, violences et voies de fait et enfin détention d’arme sans autorisation. Le litige oppose les jeunes de Ouakam aux habitants de la cité Asecna qui réfutent la construction d’un stade programmé par l’Etat sur le terrain vague de la localité. Des démarches avaient même été effectuées entres les populations et les autorités pour trouver un consensus. Entre temps, les jeunes, à savoir les parties civiles présentes devant la barre, ont voulu s’opposer à la réalisation des travaux. Ils sont allés s’attaquer au prévenu Blondin Diop devant le domicile de Ndèye Diaw.

Et face à la menace des assaillants, le mis en cause s’est emparé de son arme à feu et a tiré 2 coups de sommation. Les victimes se sont rendues ensuite à la police afin de déposer une plainte à l’encontre de l’accusé Blondin.

Arrêté le 26 mai 2017, Blondin est inculpé et placé sous détention provisoire. A l’enquête préliminaire comme à la barre, il a contesté toutes les accusations. «Je ne me suis opposé à rien. Je suis d’ailleurs favorable à ce projet. Ce jour-là, je suis juste allé leur dire d’arrêter de ramener de la latérite sur le terrain. Mais au moment où je prenais le thé, devant une maison en face de cet espace, ils sont venus nous envahir. Ils nous ont attaqués en nous injuriant et en nous pourchassant», dit-il.

Toujours dans ses explications, Blondin ajoute : «Et comme je me sentais menacé, je suis retourné chez moi pour prendre mon pistolet. Revenu, j’ai tiré 2 coups de sommation pour les dissuader, car je sais de quoi ces jeunes sont capables. J’ai une autorisation de port d’arme. Je ne les ai pas menacés ni insultés ; au contraire, ce sont eux qui nous ont encerclés», s’est-il défendu.
Daouda Diop, l’une des parties civiles dément le prévenu : «Il a sorti un pistolet et tiré à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de munitions. Là, il ramassé une pierre pour nous la jeter. Je ne l’ai pas violenté ni insulté et il y a des vidéos pour le prouver. C’est au moment où il a sorti l’arme que les gens ont commencé la caillasse».
L’autre partie civile Alpha Ndao, a abondé dans le même sens: «Après qu’il a tiré 2 fois, je lui ai dit qu’il n’était pas un responsable, ni une référence. En ce moment, il était assis avec le vieux Mawa Tall et il nous a insultés».

Les témoins lavent Blondin

Défilant un à un au prétoire, les témoins Djibril Guèye, Ndèye Diaw et Mawa Tall, le fondateur de la coopérative de la cité Asecna, ont confirmé les aveux de l’inculpé, attestant que les parties civiles ont agressé et insulté Blondin Diop, ainsi que toutes les autres personnes qui étaient présentes autour du thé. Faisant ses réquisitions, le procureur de la République a soutenu que la goutte d’eau qui fait déborder le vase était le pistolet. Le représentant de la société a écarté les délits de menaces de mort et d’opposition. Mais le ministère public a retenu les délits de violences et voies, vu qu’il a tiré 2 coups et ceci est un choc psychologique. De même que le port illégal d’arme d’autant qu’il ne détient pas d’autorisation.

La défense réfute et parle de légitime défense

Mais pour Me Tandian, avocat de la défense, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Il a demandé la relaxe pure et simple. Quant à Me Ciré Clédor Ly, il trouve que son client est victime d’un complot et que ceux qui ont comparu sont les nervis du maire en place. Car cet édile a voulu qu’il soit détenu durant 2 ans. Et les politiques utilisent la justice pour régler les problèmes. De son avis, c’est un PV partisan et qui n’est pas sincère. Concluant, la robe noire souhaite la relaxe de ces délits non établis et le renvoi des fins de la poursuite parce que c’est de la légitime défense qu’a fait Blondin. Il sera fixé sur son sort jeudi prochain.

Fatou Diouf (Stagiaire)

Jotay.net

Laisser un commentaire